• La Tribune > 
  • Sherbrooke 
  • > Les citoyens invités à se prononcer sur l'avenir du centre-ville 

Les citoyens invités à se prononcer sur l'avenir du centre-ville

Les Sherbrookois sont invités à repenser leur centre-ville. Dans le cadre du... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Les Sherbrookois sont invités à repenser leur centre-ville. Dans le cadre du projet centre-ville 2020, et pour aboutir à l'adoption d'un plan directeur pour les 20 prochaines années, la population est invitée à proposer le centre-ville de demain lors d'une activité de consultation le 31 mai.

L'activité, élaborée par le groupe d'urbanistes et d'architectes BC2, entraînera les citoyens au plateau Marquette, au coin des rues Belvédère et Galt, dans la zone allant de King Ouest au Centre des arts de la scène Jean-Besré, dans celle allant de la rue Frontenac à la place Nikitotek et sur la rue Alexandre. Ils pourront ensuite dessiner et imaginer les aménagements futurs de ces endroits. Le point de rendez-vous sera au sous-sol de la cathédrale Saint-Michel à 9 h.

« Il faut que les citoyens challengent les experts. Il faut que les experts soient mis au défi de réaliser la commande que les citoyens vont donner et de valider ces idées pour qu'elles demeurent compatibles avec les critères de développement durable et les acquis du patrimoine. On est à l'étape de la spontanéité », explique Jean-Pierre Bertrand, président du comité consultatif de centre-ville 2020.

Le plan directeur deviendra un outil de décision pour les élus et les promoteurs privés. « Un plan de cette nature ne peut pas avoir de succès si les citoyens qui interviennent à toutes sortes de titres au centre-ville ne se l'approprient pas. C'est une démarche qui est longue. Le plan ne règlera pas tout, mais tracera une voie et fera la plupart du temps que les petits miracles qui font la différence surviendront. » 

Dans l'histoire du centre-ville, il s'agirait au moins du troisième plan directeur. « De mémoire, on commence vers 1974, où c'était la grande vague des installations de centres commerciaux. On avait construit des marquises pour que les gens puissent circuler à l'extérieur comme s'ils étaient dans un centre commercial. Vers 1990, il y a eu un deuxième plan qui parlait déjà de la mixité des usages, soit du commercial, de l'institutionnel et du résidentiel. Il y a donc eu le palais de justice et on a enlevé les marquises. Ce plan-ci veut accélérer la revitalisation en encourageant toujours la mixité des usages, mais dans une perspective de développement durable », ajoute M. Bertrand.

Le directeur général de Commerce Sherbrooke Gilles Marcoux y voit une occasion intéressante de réfléchir à l'avenir de la rue Wellington Sud. Il pourrait aussi s'agir d'une façon de trouver des leviers pour convaincre les propriétaires du centre-ville qui négligent leurs immeubles. « Oui, il y a de la place à redévelopper au centre-ville. C'est le temps ou jamais de voir ce qu'on peut faire concrètement. On pourra voir les outils qui nous permettront d'aller plus loin avec ces propriétaires-là. Je compte beaucoup sur de nouveaux propriétaires également. »

Le plan directeur devrait être présenté au conseil municipal au mois d'octobre. Il vise à développer une identité propre au centre-ville et à développer un sentiment d'appartenance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer