Exclusif

Projet de 8,5 M$ pour restaurer la cathédrale St-Michel

Grâce à une première tranche de 600 000 $ permettant de procéder à des travaux... (Archives La Tribune, Claude Poulin)

Agrandir

Archives La Tribune, Claude Poulin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Grâce à une première tranche de 600 000 $ permettant de procéder à des travaux urgents, c'est un premier pas en vue de la réalisation d'un ambitieux projet de restauration de 8,5 millions $ de la Basilique-cathédrale Saint-Michel, de Sherbrooke, qu'un comité de sauvegarde entend réaliser dans un horizon de trois à cinq ans.

Serge Cardin... (Archives La Tribune, Jessica Garneau) - image 1.0

Agrandir

Serge Cardin

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Le député de Sherbrooke, Serge Cardin, a en effet confirmé jeudi au nom du ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, un soutien de 600 000 $ pour cet immeuble patrimonial du centre-ville de Sherbrooke, dans le cadre d'une entente de 20 millions $ avec le Conseil du patrimoine religieux du Québec pour différents bâtiments au Québec.

À Sherbrooke, le montant alloué servira à la réparation de la toiture pour enrayer l'infiltration d'eau et la détérioration de l'immeuble dont la construction a été entreprise en 1914. « Ce sont des travaux urgents, pour éviter des dégâts plus graves. Au-delà de l'aspect religieux, la Basilique-cathédrale Saint-Michel c'est un élément majeur du centre-ville de Sherbrooke. Et c'est plus que du patrimoine, mais l'image du rassemblement, de l'entraide et de la diffusion d'initiatives citoyennes de toutes sortes », a commenté le président du comité de sauvegarde « Les amis de la cathédrale », Gilles Castonguay.

Pour sa part, le représentant de Sherbrooke à l'Assemblée nationale a parlé de véritable « trésor patrimonial ». « Sa place (NDLR : de la Basilique-cathédrale) est importante dans l'activité communautaire et culturelle des citoyens et sa force d'attraction touristique indéniable ajoute à l'importance de sa sauvegarde », a dit M. Cardin.

«C'est de notre responsabilité de faire les démarches pour la réalisation de travaux de conservation d'un immeuble qui appartient à toute la population finalement.»


De trois à cinq ans

Par ailleurs, Gilles Castonguay soumet qu'il s'agit d'un premier pas en vue d'un investissement de 8,5 millions $ sur trois à cinq ans. L'idée c'est de refaire notamment le mortier qui s'est effrité au fil du temps et la fenestration, dans le respect du cachet unique de cet oeuvre architectural.

Pour procéder à cette mise à niveau d'envergure, un regroupement appelé « Amen Saint-Michel » est à se constituer avec des forces vives du milieu et plusieurs partenaires publics et privés. Le grand public sera même convié à mettre la main à la quête, dans une grande souscription.

« On peut toujours dire que tout ça regarde le clergé. Mais la réalité c'est qu'avec les fermetures d'églises et la baisse de la pratique religieuse, l'organisation religieuse diocésaine n'a pas d'argent. Alors, compte tenu du rôle et de l'importance de la Basilique-cathédrale à tout point de vue, c'est de notre responsabilité de faire les démarches pour la réalisation de travaux de conservation d'un immeuble qui appartient à toute la population finalement », a aussi confié M. Castonguay.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer