Coops sur les campus : « Nuisance pour l'industrie du livre »

La librairie de la Coopérative de l'Université de... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

La librairie de la Coopérative de l'Université de Sherbrooke offre 14 900 titres. À l'époque où la Biblairie GGC était en charge, la librairie de l'UdeS comptait entre 25 000 et 30 000 titres.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune

(Sherbrooke) « Sur l'ensemble des coopératives étudiantes responsables des librairies sur les campus, une minorité est agréée. Les autres sont des comptoirs de livres lors de la rentrée scolaire », déplore Gérald Guy Caza, directeur général de la Biblairie GGC.

En 2007, l'Université de Sherbrooke annonçait que la Coopérative de l'Université serait désormais responsable de la librairie universitaire, un mandat assumé depuis 25 ans par la Biblairie GGC. Pour sa part, le Cégep de Sherbrooke décidait en 2011 de ne pas renouveler le contrat de librairie avec Biblairie GGC. L'institution a préféré octroyer le contrat à la coopérative de solidarité, comme le souhaitait l'Association étudiante du Cégep de Sherbrooke.

« Il n'y a plus de livres sur les campus, insiste M. Caza. Et les profits des coopératives étudiantes servent maintenant à financer des partys étudiants et rémunérer des directeurs de coop au lieu de valoriser le livre et la lecture dans les établissements d'enseignement québécois. C'est une nuisance pour l'industrie du livre. »

Dossier complet dans La Tribune de samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer