Gravir le Kilimandjaro en hommage à son père

La symbolique est forte. À 42 ans, le père de la Sherbrookoise Noémie Robidoux... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sarah Saidi
Sarah Saidi
La Tribune

(SHERBROOKE) La symbolique est forte. À 42 ans, le père de la Sherbrookoise Noémie Robidoux décède d'une crise cardiaque en Afrique alors qu'il fait son jogging. À 26 ans, Noémie gravira bientôt le Kilimandjaro - plus haut sommet d'Afrique - au profit de la Fondation des maladies du coeur et de l'AVC : un hommage à son père, mais aussi un grand défi personnel.

Noémie Robidoux... (Imacom, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Noémie Robidoux

Imacom, René Marquis

« J'avais besoin de faire un projet comme celui-là à la suite du décès de mon père «, explique Noémie, qui veut en profiter pour prôner les saines habitudes de vie. « Il y a beaucoup d'antécédents de maladies cardiaques dans la famille de mon père, et il était le plus en forme», ajoute-t-elle.

Le 9 juillet, avec huit autres participants du Québec et du Nouveau-Brunswick, Noémie Robidoux commencera l'ascension qu'elle prépare depuis 2 ans et demi. « J'ai réalisé il y a deux ans que j'étais quand même sédentaire. J'ai commencé à courir des demi-marathons, à faire beaucoup de randonnée. À la base, c'était un entraînement, mais maintenant, j'y vais aussi pour le plaisir.»

Texte complet dans La Tribune de lundi.

Abonnement à la version électronique:

http://www.latribunesurmonordi.ca/

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer