Printemps érable: des agents du SPS en déontologie policière

Un an après les manifestations du printemps érable, trois  policiers du Service... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Un an après les manifestations du printemps érable, trois policiers du Service de police de Sherbrooke (SPS) sont cités à comparaître devant le comité de déontologie policière.

Le processus n'étant pas encore terminé, le SPS a refusé de commenter la nouvelle.

La Tribune écrivait, en mars dernier, que des plaintes concernant des événements survenus à Sherbrooke pendant la grève étudiante avaient été déposées au commissaire à la déontologie policière.

Les plaintes concernaient « la plupart du temps des interventions jugées trop violentes ou brutales » par les forces policières.

Une première citation à comparaître avait été envoyée à des policiers montréalais en mars dernier; la plainte, liée à un cas présumé d'abus de la force, concernait quatre policiers du Service de police de Montréal.

Cette nouvelle survient alors que la députée de Québec solidaire, Françoise David, dépose aujourd'hui à l'Assemblée nationale une pétition réclamant l'annulation des accusations et des peines reçues lors de la grève étudiante du printemps 2012.

Plus de détails à venir.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer