• La Tribune > 
  • Sherbrooke 
  • > Une technologie de l'UdeS reçoit le titre de Découverte de l'année 2012 

Une technologie de l'UdeS reçoit le titre de Découverte de l'année 2012

Un tout petit moteur générant la puissance d'une Ferrari, qui promet économie... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partager

Chloe Cotnoir
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) Un tout petit moteur générant la puissance d'une Ferrari, qui promet économie d'énergie et moins d'émission polluante, voilà ce qu'est le moteur rotatif ramjet conçu par quatre chercheurs de l'Université de Sherbrooke. Déjà reconnu comme une révolution, ce moteur vient de recevoir les grands honneurs: le lectorat du magazine scientifique Québec Science lui accorde le titre de Découverte de l'année 2012.

L'équipe d'inventeurs formée des professeurs Jean-Sébastien Plante et Martin Brouillette, du département de génie mécanique, ainsi que de Mathieu Picard et David Rancourt, deux étudiants à la maîtrise lors du développement du ramjet, ont reçu leur prix hier des mains de Raymond Lemieux, rédacteur en chef du magazine scientifique.

«Nous sommes tous très fiers de recevoir ce prix! Après avoir investi autant d'efforts et surmonté autant de défis, nous sommes honorés d'avoir une réponse favorable du public. Comme nous, il trouve qu'il y a un besoin de société qui est comblé par cette technologie et ça, comme chercheur, ça nous donne le goût de travailler encore plus fort», souligne M. Plante.

Pas moins de 13 années ont été nécessaires aux groupes pour arriver à un prototype fonctionnel en laboratoire. De longues années à se creuser les méninges pour trouver des solutions à un nombre incalculable d'épreuves.

«Le principal défi lorsqu'on travaille en recherche, c'est l'échec. Nous en avons explosé des prototypes au cours des années, mais l'équipe a toujours persévéré et dans ces moments plus difficiles, on pense au support du public et ça nous aide à ne pas lâcher», soutient M. Plante qui s'apprête à entamer la deuxième phase du projet, soit la création d'un prototype fonctionnel sur le terrain. «On en rêve déjà la nuit!», ne peut s'empêcher de commenter le passionné.

De leur côté, les étudiants Mathieu Picard et David Rancourt admettent qu'il faut une dose astronomique de passion pour mener à terme un projet de la sorte. «Nos vies se résumaient à ça, jour et nuit», rigole M. Rancourt qui est maintenant doctorant en génie mécanique à la Georgia Institute of Technology. «On commençait à bosser sur le moteur après nos cours et on travaillait toute la nuit. En fait, on finissait les tests pour aller déjeuner», renchérit Mathieu Picard, également doctorant en génie mécanique au Massachussetts Institute of Techonology.

Rappelons que cette nouvelle technologie révolutionnera la production d'énergie, notamment pour les véhicules hybrides ou pour les orthèses robotiques de haute puissance. Le moteur est spécialement conçu pour utiliser l'hydrogène, mais s'adapte également avec d'autres types de carburant. Selon ses créateurs, cette technologie favorisera le développement de nouveaux marchés qui détrôneront la turbine à gaz.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer