Les dés semblent de plus en plus pipés, dit la FEUS

Plus le temps file, plus les dés semblent pipés d'avance en vue du  Sommet sur... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partager

(Sherbrooke) Plus le temps file, plus les dés semblent pipés d'avance en vue du Sommet sur l'enseignement supérieur, dénonce la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS).

Alors qu'on apprend que le gouvernement Marois jongle avec l'idée d'augmenter les droits de scolarité de 46 $ à 83 $ par année, le FEUS dénonce la tendance du Parti québécois à remettre constamment la proposition d'indexation sur la table, sans véritablement tenir compte des autres options présentées lors des rencontres préparatoires et avant même la tenue du Sommet.

« Nous sentons qu'il n'est pas question pour le gouvernement de laisser la chance au coureur. Il ne sera pas beaucoup question de gratuité scolaire au sommet. Les discussions vont visiblement porter sur l'indexation des frais de scolarité », affirme Jean-Christophe Racette, vice-président aux affaires externes de la FEUS.

« Tous les acteurs demandent un réinvestissement en éducation, mais le gouvernement s'aligne sur une augmentation des droits de scolarité. Et d'après ce qu'on entend dire, la hausse sera davantage dans la fourchette des 70 à 80 $ par année. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer