Manifs: Hébert évite les platebandes de son collègue Bergeron

Le ministre Réjean Hébert a « bonne confiance » que son collègue  Stéphane... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partager

François Gougeon

(Sherbrooke) Le ministre Réjean Hébert a « bonne confiance » que son collègue Stéphane Bergeron, à la Sécurité publique, ravise mercredi sa position initiale de ne pas dédommager la Ville de Sherbrooke pour les dépenses encourues par le Service de police de Sherbrooke (SPS) lors des manifestations étudiantes du printemps érable sur son territoire.

On sait que la ville de Montréal a obtenu un tel dédommagement, mais cela a été refusé aux autres villes du Québec qui le réclamaient, dont Sherbrooke, avec une facture de 439 000 $, en invoquant particulièrement la présence du bureau du premier ministre à Sherbrooke, à cette époque.

Or, le ministre Bergeron a accepté de discuter du dossier, mercredi. Pour M. Hébert, cela « montre de l'ouverture » et se dit confiant qu'un terrain d'entente pourra être trouvé. Cependant, il évite bien d'embarquer dans les platebandes de son collègue, précisant que c'est au ministre Bergeron de convenir de la suite des choses.

« Comme ministre de la Santé, j'ai à gérer des décisions au sujet de la santé et je laisse à mon collègue le soin de gérer les décisions le concernant dans ses responsabilités ministérielles », a exprimé le ministre Réjean Hébert.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer