Bandes riveraines: les Sherbrookois tardent à agir

La végétalisation des bandes riveraines laisse encore à désirer le long des... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partager

Sur le même thème

(Sherbrooke) La végétalisation des bandes riveraines laisse encore à désirer le long des cours d'eau sherbrookois, malgré de nombreux efforts de sensibilisation au fil des ans. Même la Ville de Sherbrooke a de la difficulté à donner l'exemple en cette matière.

L'été dernier, le gazon a été coupé à moins de dix mètres de la rive dans certains parcs municipaux, dont le parc Lucien-Blanchard, reconnaît la chef de la division environnement de la Ville, Christine Fliesen. « Ce n'était pas majeur parce que c'est arrivé à la fin de l'été », affirme-t-elle, en déplorant néanmoins cette erreur.

En début d'été, les employés municipaux sont sensibilisés au respect des bandes riveraines dans les parcs bordant les cours d'eau (Lucien-Blanchard, des Quatre-Pins, plage municipale de Deauville, etc). Toutefois, un remplaçant vraisemblablement mal informé n'a pas respecté la consigne, évoque Mme Fliesen, en précisant que des mesures seront prises pour éviter cette erreur l'été prochain.

Texte complet dans La Tribune de mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer