L'argent au coeur des préoccupations de l'hôtel de ville

Si l'argent avait une odeur, on la sentirait très bien à l'hôtel de ville de... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partager

(SHERBROOKE) Si l'argent avait une odeur, on la sentirait très bien à l'hôtel de ville de Sherbrooke, ce sujet ayant été au centre de nombreuses discussions et décisions au cours de la dernière année.

La réduction du nombre d'élus et la réforme des arrondissements ont été rejetées en bloc par le conseil municipal, en mai, au terme de plusieurs semaines de débats. Dans les deux cas, un seul appui supplémentaire aurait suffi pour faire adopter les propositions du « rapport Paquin», ce qui aurait permis des économies annuelles de 1,25 M$.

Le rapport proposait de retrancher, dès les élections de novembre prochain, quatre élus dans chacun des arrondissements les plus populeux. La gestion des loisirs et des parcs aurait aussi été centralisée. Le « groupe des 9», une coalition d'élus indépendants pilotée par Nicole Bergeron et Chantal L'Espérance, s'est opposé avec succès à ces recommandations.

Faute d'argent disponible, la Ville de Sherbrooke a reporté à une date indéterminée la construction du boulevard René-Lévesque, qui doit relier le boulevard Bourque au prolongement du boulevard de Portland.

Texte complet dans La Tribune de vendredi.

Abonnement à la version électronique:

http://www.latribunesurmonordi.ca/

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer