• La Tribune > 
  • Sherbrooke 
  • > Parents vieillissants: pour la création d'un réseau d'échange de services 

Parents vieillissants: pour la création d'un réseau d'échange de services

Partager

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La distance cause parfois bien des maux de tête à ceux et celles qui souhaitent prendre soin de leurs parents vieillissants. Les visites impromptues sont moins impromptues et les services rendus au quotidien sont moins fréquents quand les enfants ont élu domicile à des centaines de kilomètres de la maison de leurs parents.

Devant ce constat, l'artiste Deborah Davis a eu l'idée de lancer un réseau d'entraide et d'échange de services. Un réseau qu'elle souhaite mettre sur pied dans les prochains mois, voire les prochaines semaines.

« Ma voisine a 87 ans et elle vit seule. Ses enfants sont à Montréal et à Paris. Je vais donc lui porter de la soupe de temps en temps et je lui rends visite. Ç'a été le point de départ. Je trouve qu'il devrait y avoir un système mis sur pied pour les aidants naturels à distance. Un site internet, par exemple. »

Mme Davis, dont les parents résident à Boucherville, veut toutefois s'assurer que son site internet aiderait plus qu'il nuirait aux personnes âgées. Elle cherche aussi quelqu'un qui pourra l'appuyer dans la programmation de sa plateforme. « Il faut être capable d'effectuer des recherches en fonction de son lieu de résidence. Mais personne ne veut mettre l'adresse de ses parents en ligne. Tout le monde saurait qu'ils sont tout seuls.»

Le concept, toujours embryonnaire, a vu le jour il y a deux mois. « Quand je suis chez moi et que je fais de la soupe, je la congèle pour l'amener à Boucherville la prochaine fois que je verrai mes parents, alors que je pourrais la donner à la voisine dès que j'ai fini de la préparer. Elle serait encore chaude. « Mais à défaut d'avoir quelqu'un qui lui rendrait le même service, Mme Davis souhaite d'abord venir en aide à ses parents.

Il s'agirait alors d'échanger des services, comme le déneigement de la cour ou la tonte du gazon, de la nourriture, des visites ou des sorties. Selon les besoins de chacun.

« Quelqu'un qui croiserait mes parents pourrait aussi me rassurer sur leur état de santé en cas de besoin. En étant associé avec quelqu'un, c'est plus facile ensuite d'échanger par courriel.»

Deborah Davis est bien consciente qu'il existe des organismes pour offrir des services aux personnes âgées. « Souvent, ils ne permettent pas des échanges à l'échelle du Québec. Le concept de l'échange, je trouverais ça proactif. J'aurais l'impression de m'impliquer plus. Et il est certain que ça ne m'empêcherait pas d'aller visiter mes parents. Mais j'aurais l'impression que quelqu'un veille sur eux pour moi. »

Mme Davis ne vise pas à faire de l'argent avec son initiative. « Tout ce que je souhaite, c'est que ce soit utile à des gens. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer