• La Tribune > 
  • Sherbrooke 
  • > Compressions de 13 M$ à l'UdeS: «On n'y arrivera pas!» dit la rectrice 

Compressions de 13 M$ à l'UdeS: «On n'y arrivera pas!» dit la rectrice

Des compressions dans le système universitaire québécois ont été confirmées... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partager

Jérôme Gaudreau

(Sherbrooke) Des compressions dans le système universitaire québécois ont été confirmées jeudi par le gouvernement du Québec et l'Université de Sherbrooke n'y échappera pas. Pas moins de 124,3 millions de dollars seront ainsi retirés aux institutions de la province, dont 13 M$ à l'Université de Sherbrooke.

« Le ministre de l'Enseignement supérieur a annoncé que l'annulation des frais de 32 millions M$ était compensée pour toutes les universités, a affirmé la rectrice de l'UdeS, Luce Samoisette. Ce montant était déjà dans nos budgets. Mais par la suite, le gouvernement applique les compressions de 124,3 M$. À cela s'ajoutent les compressions pour la recherche et nous sommes incapables de dire le montant exact. Mais les trois fonds discrétionnaires, à compter de l'an prochain, seront amputés de 31 millions de dollars. Habituellement, la moitié des fonds vont aux étudiants, en bourses ou en salaires. »

« Pour nous, on estime que ça représente environ 13 M$ et on doit faire cette compression d'ici le 30 avril, ce qui nous laisse un peu plus de quatre mois seulement (...). On n'y arrivera pas. L'Université sera en déficit le 30 avril, c'est clair!» ajoute Mme Samoisette.

Comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, l'Université de Sherbrooke a reçu un autre coup de massue cette semaine.

« On a su hier que le gouvernement allait compenser la moitié des coûts entraînés par le boycott étudiant du printemps dernier et que les pertes de revenus engendrées par ce boycott n'allaient pas être compensées, comme les cours annulés. Donc on doit joindre cela au déficit anticipé des universités », précise la rectrice.

Précisons que cette diminution deviendra récurrente. À ce 124 millions, d'autres compressions s'ajouteront. Mais il est impossible pour l'instant de préciser l'ampleur de cette augmentation, croit Luce Samoisette.

«Nous, les universités, on avait un engagement du gouvernement d'investir 218 millions dans les universités et on fondait beaucoup d'espoirs sur le sommet pour faire le point sur la situation des universités, mais là, on nous impose des compressions de 124 M$, sans parler des coupures pour la recherche», souligne la rectrice de l'UdeS.

Texte complet à lire dans La Tribune de samedi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer