• La Tribune > 
  • Sherbrooke 
  • > Crise en dermatologie au CHUS: la situation est «sous contrôle» 

Crise en dermatologie au CHUS: la situation est «sous contrôle»

Bris de service complet: en janvier 2011, il n'y avait plus aucun  dermatologue... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partager

(Sherbrooke) Bris de service complet: en janvier 2011, il n'y avait plus aucun dermatologue au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) pour répondre à la demande des patients estriens, y compris pour les cas les plus urgents. Deux ans plus tard, la situation est maintenant « sous contrôle ».

Dr Stéphane Tremblay... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Dr Stéphane Tremblay

Archives La Tribune

Ainsi, les patients aux prises avec des urgences vitales peuvent voir un dermatologue en moins de quelques heures, alors que ceux avec des situations urgentes peuvent en consulter un en moins de trois semaines. « En 2010, près de 10 000 patients étaient inscrits sur nos listes d'attente. Aujourd'hui, nous en comptons environ 270 », rappelle le directeur des services professionnels du CHUS, le Dr Stéphane Tremblay.

Les demandes de référence ont aussi chuté de façon drastique. « Nous en avons maintenant une vingtaine par semaine, comparativement à 150 avant. C'est une situation qui est beaucoup plus près de la normale que celle vécue en 2010 », ajoute le médecin.

Que s'est-il passé pour que la situation change de façon aussi importante?

« La crise vécue au CHUS a forcé les médecins de première ligne à se questionner sur leur pratique, a déclaré la Dre Raymonde Vaillancourt, chef du Département régional de médecine générale (DRMG) de l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Estrie. Du jour au lendemain, le CHUS leur a demandé de reprendre 5000 dossiers de patients pour lesquels ils avaient demandé une consultation non urgente en dermatologie. Il fallait faire un virage. »

Beaucoup plus de soins se font maintenant en première ligne, comparativement à ce qui se faisait avant. Jusqu'en 2010, la pratique régionale voulait qu'une consultation en dermatologie, même pour des problèmes mineurs, soit souvent le premier réflexe du médecin de famille ou du médecin de la clinique sans rendez-vous.

Texte complet dans La Tribune de samedi.

http://www.latribunesurmonordi.ca/

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer