«Le souffle était tellement fort»

L'explosion à l'usine Neptune Technologies a été tellement forte que des  gens... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

La Tribune, René-Charles Quirion

Partager

Sur le même thème

La Tribune

(Sherbrooke) L'explosion à l'usine Neptune Technologies a été tellement forte que des gens présents dans les installations de la rue Pépin ont été projetés à plusieurs mètres sous la force de l'impact.

Dans une entrevue accordée à Hugo Pilon-Larose, journaliste de La Presse, le père d'un travailleur blessé lors de l'accident a raconté la scène décrite pas son fils.

«Avant que ça explose, (mon fils) a senti l'acétone et il a dit à son ami qu'ils devaient quitter les lieux au plus vite», a expliqué Michel Lapointe, père de Rémi Lapointe, travailleur blessé lors de l'accident.

M. Lapointe était à Saint-Hyacinthe lorsqu'il a reçu l'appel d'urgence, l'informant de l'accident survenu à l'usine où son fils travaille. Il est parti sur-le-champ et s'est rendu directement à l'Hôtel-Dieu de Sherbrooke, où les victimes étaient accueillies aux urgences.

C'est dans la salle d'attente de l'hôpital que Michel Lapointe, sa conjointe Raymonde, ainsi qu'Isabelle Guillette, conjointe de Rémi Lapointe, ont livré leurs commentaires à La Presse.

Émue, sous le choc, la famille a expliqué comment Rémi avait vécu la catastrophe. «Pendant qu'il essayait de sortir, mon fils a été projeté à plusieurs mètres d'où il marchait. Des débris sont tombés sur lui, c'est ça qui l'a immobilisé», a expliqué M. Lapointe.

«Le souffle de l'explosion était tellement fort, une flamme est passée tout juste au dessus de sa tête. Une chance qu'il avait son casque, sinon il serait mort», dit-il.

Dans les décombres, c'était une scène d'horreur. La fumée était si épaisse que personne, présent sur les lieux, n'avait une bonne visibilité de la scène. Plusieurs, comme Rémi, étaient prisonniers.

«Il s'est fait enterrer, sous les débris. Il pensait qu'il allait mourir là», a confié M. Lapointe.

Son fils Rémi, blessé et brûlé, est hors de danger. Au moment de mettre sous presse, la famille attendait toujours des nouvelles des médecins de l'hôpital.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer