• La Tribune > 
  • Régions 
  • > Le Village québécois d'antan fait le ménage du printemps 

Le Village québécois d'antan fait le ménage du printemps

La direction du Village québécois d'antan a décidé de vider ses hangars et de... (Photo site web Village québécois d'antan)

Agrandir

Photo site web Village québécois d'antan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) La direction du Village québécois d'antan a décidé de vider ses hangars et de vendre les objets d'époque dont elle n'a plus besoin aux plus offrants, le 4 juin, à l'occasion d'une vente aux enchères monstre.

« Nos greniers regorgent d'objets accumulés au cours des 40 dernières années. Nous comptons vendre les objets que nous avons en grande quantité, ceux qui ne nous servent pas et ceux qui sont plus récents que 1930, le Village québécois d'antan étant inspiré de l'époque entre 1810 et 1930 », explique le directeur des projets spéciaux et historien de l'attrait touristique, Claude Tessier.

On prévoit vendre entre 500 et 600 lots au cours de ce premier encan crié de l'histoire du Village. On retrouvera notamment des meubles anciens, des coffres, de la vaisselle, des planches à laver, des rouets, des souffleuses, des engins stationnaires, des machineries agricoles et des voitures à chevaux. Tous les profits amassés lors de cet événement serviront à la réfection des 70 bâtiments d'époque.

« C'est impressionnant à quel point ça coûte cher d'entretenir ces maisons. Nous souhaitons que cette activité nous permette d'amasser 50 000 $ afin de revamper un village qui en a bien besoin ces temps-ci », estime le président de l'organisme, Rock Moisan.

Les objets mis en vente ont été acquis par le Village au fil des ans ou ont été amassés en dons de toutes sortes. M. Tessier assure que la collection principale du Village n'est pas concernée par cette offre et demande aux gens de continuer de donner. « On a toujours besoin d'objets qui nous permettront de bonifier notre collection et de varier les meubles décorant nos différents bâtiments », signifie-t-il.

Le « Boss des enchères »

Afin de mener à bien la journée d'encan et d'atteindre l'objectif financier, le Village québécois d'antan a fait appel au « Boss des enchères », le propriétaire des Enchères A/B Sherbrooke, Alain Brousseau. Ce dernier affirme ne pas avoir vu souvent d'encan d'une telle envergure au cours de ses 19 années de carrière. Canal D a d'ailleurs choisi Drummondville pour tourner l'un des épisodes de la prochaine saison de sa populaire émission « Le Boss des enchères ».

« J'en ai fait beaucoup depuis 19 ans et celui-là est spécial parce qu'on y retrouve des objets très rares. Il y aura beaucoup de collectionneurs sur place, j'ai déjà des appels de gens des États-Unis qui me demandent de mettre des photos des lots sur mon site Web. Ce sera fait très bientôt », analyse l'encanteur.

M. Brousseau s'attend à ce que pas moins de 1000 personnes assistent à la journée de mise aux enchères. Il croit que certains lots se vendront plus de 1000 $. Selon lui, l'objectif de 50 000 $ est fort conservateur. Vu l'impressionnant nombre d'articles mis en vente, il sera accompagné d'un deuxième encanteur.

Le Village québécois d'antan espère faire de cette journée d'encan une activité annuelle récurrente précédant le lancement de sa saison estivale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer