• La Tribune > 
  • Régions 
  • > François Fouquet préside le comité organisateur du Relais pour la vie 

François Fouquet préside le comité organisateur du Relais pour la vie

François Fouquet... (Archives La Tribune)

Agrandir

François Fouquet

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer revient aura lieu au parc Jacques-Cartier le vendredi 3 juin 2016. François Fouquet, directeur général de la Coopérative funéraire de l'Estrie, a accepté de relever le défi de présider le comité organisateur de l'événement à Sherbrooke.

« J'ai vécu l'expérience du Relais pour la vie l'an dernier avec ma conjointe et plusieurs collègues du travail, avance-t-il. Ma conjointe est une survivante.»

«Une survivante épatante, à mes yeux. J'ai accepté de me joindre au comité organisateur motivé par le fait que le Relais pour la vie est bien plus qu'une activité-bénéfice. C'est une expérience en soi. »

Le Relais pour la vie est une marche de nuit qui dure 12 heures. Il a comme but de célébrer la vie malgré le cancer, de rendre hommage aux personnes touchées par la maladie et de lutter ensemble pour sauver encore plus de vies.

En 2016, le Relais pour la vie à Sherbrooke souhaite amasser plus de 340 000 $. Par ailleurs, cinq autres Relais se dérouleront en Estrie entre le 27 mai et le 17 juin à Lac-Mégantic, Waterloo, Coaticook, Cowansville et Magog.

Grâce à ces six Relais, le bureau de l'Estrie espère recueillir plus de 750 000 $. Toute personne intéressée à mettre sur pied une équipe dans l'un des 6 Relais en Estrie peut le faire en visitant relaispourlavie.ca.

Le nouveau président du comité organisateur compte bien mobiliser le plus de gens possible à Sherbrooke pour la cause. Il souhaite contribuer à entraîner de nouvelles équipes dans l'aventure.

« Nous sommes tous touchés, de près ou de loin, par le cancer. Contribuer à pareille cause tout en s'obligeant à un temps d'arrêt valorisant dans le sprint de nos vies, c'est une expérience à vivre! »

« Se passer le bâton-témoin, tout au cours de la nuit, entre les membres de l'équipe de façon à ce que l'on soit toujours en marche pendant douze heures, c'est assez fascinant. On devient attentif à l'environnement, aux autres participants, aux lueurs de milliers de petits luminaires qui nous disent que nous sommes bien peu de choses, en même temps qu'ils nous disent que la solidarité est une nécessité pour la qualité minimale de la vie », confie François Fouquet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer