Sarah-Eve Fontaine rentre chez elle

Six semaines après avoir reçu sa greffe pulmonaire, Sarah-Eve Fontaine est... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Six semaines après avoir reçu sa greffe pulmonaire, Sarah-Eve Fontaine est enfin de retour chez elle, dans son patelin à Windsor.

«J'ai reçu mon congé ce matin (mercredi) et j'ai juste hâte d'être à la maison, dans mes affaires», a expliqué la jeune femme de 20 ans, jointe par téléphone lors de son trajet de retour, Montréal-Windsor.

Atteinte de fibrose kystique, Sarah-Eve avait été hospitalisée pendant environ deux mois avant son opération. Elle rêvait donc, mercredi, simplement de retrouver son lit et son quotidien, entourée des siens.

Pour son retour à la maison, pas de trompettes ni de fanfare. Sobres retrouvailles. Le plan était seulement de passer une soirée en famille.

«Je vais défaire mes valises, m'installer. Et après, j'ai hâte de m'asseoir sur le balcon, profiter de la tranquillité de ma ville en regardant les gens passer. Je m'ennuyais de voir des visages que je connais», prévoyait Sarah-Eve qui en avait assez de la grande ville, de son trafic et de son bruit.

Sarah-Eve avait aussi hâte de revoir ses trois soeurs dont elle a été séparée, au quotidien, depuis des mois. C'était effectivement la première fois depuis trois mois, mercredi, que les six membres de la famille Fontaine-Vallières couchaient sous le même toit.

Avec ses nouveaux poumons, Sarah-Eve a retrouvé une grande autonomie, si elle compare avec sa condition avant sa greffe. «Je respire seule, je marche seule, je monte les escaliers seule, se réjouit la Windsoroise. Je ne déborde pas d'énergie, mais je ne suis pas trop fatiguée non plus. C'est progressif.»

Dès demain, Sarah-Eve prévoit aller au gym. «Je dois réintégrer l'entraînement à ma routine. C'est important pour refaire fonctionner mon corps au complet», explique-t-elle.

Sur son site Facebook, Sarah-Eve écrivait cette semaine : «Vivement le retour à la maison et l'acquisition d'encore plus d'autonomie! Je m'ennuie presque de faire du ménage! Presque... Mais sérieusement, tout va pour le mieux actuellement, il ne faut qu'être patient pour la suite des choses, pour le retour graduel à la vraie vie, à la nouvelle vie.»

Elle concluait sur une pensée. «Comme on dit, donnez-moi la patience, mais faites ça vite!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer