• La Tribune > 
  • Régions 
  • > Lac-Mégantic : une pétition pour sauver le centre-ville de la démolition 

Lac-Mégantic : une pétition pour sauver le centre-ville de la démolition

Le leader et fondateur du Carré Bleu Lac-Mégantic, Jonathan Santerre, s'apprête... (Collaboration spéciale, Gilles Thibodeau)

Agrandir

Collaboration spéciale, Gilles Thibodeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) Le leader et fondateur du Carré Bleu Lac-Mégantic, Jonathan Santerre, s'apprête à déposer au conseil municipal de Lac-Mégantic une pétition lancée le 5 novembre dernier et intitulée « Sauver le centre-ville historique de Lac-Mégantic de la démolition ».

Idéalement, cela devrait se faire à l'assemblée du conseil de lundi prochain, 17 novembre, avant la démolition des six édifices du bloc 1 encore debout au centre-ville, qui serait imminente.

La pétition dépasserait déjà largement les 1000 signatures, ce qui en constituait l'objectif. Ces signatures ont été recueillies à la fois sur le site internet secure.avaaz.org, spécialisé dans les pétitions et qui se proclame lui-même « le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement », et sur des exemplaires papier de la pétition, offerts à la population dans trois dépanneurs de Lac-Mégantic, plus un à Audet et un autre à Lambton.

Cette pétition fait beaucoup jaser, principalement sur les réseaux sociaux, auxquels le Carré Bleu est surtout rattaché. Tout un groupe de personnes y encourage et appuie ce mouvement de contestation citoyenne.

« L'idée de cette pétition nous est venue après l'annonce de la démolition complète des édifices du centre-ville par la mairesse Colette Roy Laroche, lors de la rencontre de « Réinventer la ville », le 29 octobre dernier. Les gens étaient sous le choc. C'était l'option favorisée par Vision Mégantic de tout raser. Tout ça malgré la promesse de la mairesse d'essayer de garder au moins des façades intactes », évoque M. Santerre.

« Nous avons l'impression que l'exercice de Réinventer la ville, c'est bidon, tout était décidé d'avance. Les citoyens ont participé pour rien. Il y a maintenant un problème de confiance. Pourquoi n'y a-t-il pas eu de consultation à ce sujet? Les raisons de la mairesse se révèlent contradictoires, on nous en cache beaucoup, dans ce dossier. Tout le monde autour de nous disait que cela n'avait pas d'allure. Même si on souhaitait faire quelque chose, que pouvait-on faire? Nous avons pris les moyens que l'on avait... De là cette pétition », résume M. Santerre.

L'homme dit analyser maintenant les possibilités de recourir aux tribunaux. « S'il y a moyen d'obtenir une injonction, nous allons le faire. Nous allons avec le désir des citoyens, qui sont choqués et qui ne comprennent pas la position du conseil municipal. Il y a beaucoup de questionnements, entre autres, qui va racheter les terrains ainsi libérés? Y aura-t-il un projet d'hôtel et de cinéma IMAX? Chose certaine, cela va affecter l'avenir pour plus que les 100 prochaines années... »

Un décision qui remonte à septembre 2013?

Une autre question aussi ronge Jonathan Santerre : quand le conseil municipal a-t-il pris la décision de tout raser au centre-ville, sauf l'hôtel de ville et la gare patrimoniale? « Nous pensons que la décision de démolir aurait été prise dès septembre 2013, au moment des appels d'offres qualificatives pour prestataires de services, dans le cadre du projet de Mégantic, où existait déjà un volet démolition. Dès janvier 2014, des rumeurs circulaient que le centre-ville serait rasé. Le gouvernement avait présenté des scénarios, je ne me souviens pas quand, je suis en recherche du moment où cela s'est fait », révèle M. Santerre.

« De plus, je suis surpris que la mairesse Roy Laroche nous serve l'argument que les édifices ont été mal entretenus durant l'hier et qu'ils ne sont plus habitables. C'est la Ville qui devait s'occuper d'en maintenir l'entretien durant la saison morte, avec 300 000 $ fournis par le gouvernement. C'est choquant... Au moins, le référendum permettrait aux gens de juger et d'exprimer ce qu'ils veulent », a-t-il conclu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer