Une opération cosmétique et politique pour King Ouest

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de trois ans après ses premiers balbutiements, le Plan directeur d'aménagement de la rue King Ouest (PDKO) nous est enfin livré. Avec un budget qui a fondu de 40 à 10 millions de dollars pour les 20 prochaines années, le PDKO est ambitieux dans ses objectifs, et cependant, timoré dans les actions qu'il propose.

D'entrée de jeu nous constatons que les deux objectifs du PDKO qui touchent les résidants du quartier ainsi que les adeptes du transport actif et collectif ne font l'objet d'aucune mesure significative pour en assurer la réalisation à court, moyen ou long termes. Ces objectifs sont, d'une part, « le développement d'un milieu de vie animé et de qualité, où il est agréable de se promener à pied », et d'autre part, « l'apaisement de la circulation automobile sur la rue King Ouest (axe majeur de transit) et la valorisation du transport collectif ».

Il n'y a pas lieu d'être surpris outre mesure de cet état de fait étant donné qu'une des prémisses du PDKO est : « Le maintien de la fluidité et de la capacité de la circulation véhiculaire de la rue King Ouest ». Or, la rue King Ouest avec ses 40 000 véhicules par jour fait déjà l'objet de congestions importantes aux heures d'affluence. Avec l'accroissement constant du parc automobile, l'avenir s'annonce pénible pour les résidants, piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite... et automobilistes.

Le passage de 40 000 véhicules par jour dans ce quartier à forte présence résidentielle a un impact non négligeable sur l'environnement, sur la sécurité et la santé des personnes. La pollution atmosphérique et sonore, la vitesse élevée et les risques d'accident, entre autres, doivent être considérés dans le PDKO. Des mesures énergiques doivent être prises par les autorités de la ville afin d'apaiser la circulation pour le bien-être et la sécurité de tous. La réduction de la vitesse et du volume de circulation sont des incontournables. Plusieurs villes du Québec vont dans cette direction avec succès. (...)

Le PDKO, tel qu'il a été présenté à la dernière séance d'information publique « n'est pas une camisole de force », bien sûr, cependant nous ne pouvons que constater qu'il aura pour conséquences d'amener encore plus d'automobilistes pour profiter de ce joyau qu'est le parc Jacques-Cartier, grâce à la création de nouveaux liens nord-sud. Le lien King Ouest, lui, demeurera un désert peu accueillant parsemé de quelques ilots de verdure.

René Allard, Normand M. Bengle, Silvie Bernier, Mireille Dumoulin, Jacinthe Harbec

Résidants du quartier

du Vieux-Nord




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer