Calmer le jeu

ÉDITORIAL / Québec et Ottawa ont failli jusqu'ici à leur devoir de répondre aux... (La Presse, Martin Tremblay)

Agrandir

La Presse, Martin Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Québec et Ottawa ont failli jusqu'ici à leur devoir de répondre aux inquiétudes et aux interrogations légitimes d'une partie de la population au sujet des accommodements religieux ou encore de l'arrivée de milliers de demandeurs d'asile entrés illégalement au Canada.

Entre le jovialisme du premier ministre canadien Justin Trudeau au sujet de l'ouverture traditionnelle du Canada aux réfugiés et le ton alarmiste du maire de Québec, Régis Labeaume, qui associe les cagoules des manifestants au port du niqab (un voile qui cache le visage sauf les yeux, plutôt associé à l'islam rigoriste), il y aurait lieu de calmer le jeu et de nommer les choses par leur nom.

Le Canada a l'obligation d'accepter les demandeurs d'asile haïtiens, en vertu de la Convention relative au statut des réfugiés de l'ONU, et en a le aussi le devoir moral.

Malheureusement, l'afflux de milliers de réfugiés haïtiens depuis janvier a rapidement donné l'impression que tant le gouvernement du Québec que celui d'Ottawa étaient dépassés par les événements, et soulevé des craintes au sein d'une partie de la population.

De plus, le premier ministre Trudeau a tardé à rappeler qu'il y a des règles et que, par exemple, la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada (CISR) doit évaluer chaque dossier et trancher, ce qui peut signifier que des réfugiés seront ultimement expulsés du pays.

Il faut aussi se souvenir que le Canada a accueilli plus de 40 000 réfugiés syriens depuis décembre 2015.

À l'époque, Justin Trudeau, qui en avait fait une promesse électorale, avait bien expliqué les enjeux et convaincu une majorité de Canadiens qu'il fallait poser ce geste de compassion et de générosité.

Et ce fut tout à l'honneur du Canada.

D'autre part, on peut reprocher bien des choses au maire de Québec, Régis Labeaume, mais il a au moins en partie raison lorsqu'il reproche à la classe politique de faire le jeu des groupes d'extrême droite, comme La Meute, en entretenant le flou au sujet de la laïcité de l'État et de la neutralité religieuse ou en refusant d'aborder de front certains sujets comme le port du niqab dans l'espace public.

La cour d'appel fédérale a certes confirmé en 2015 l'autorisation du niqab lors des cérémonies de citoyenneté et la loi électorale fédérale permet à un électeur ou à une électrice de voter sans devoir montrer son visage (mais en présentant deux pièces d'identité), au nom de la Charte canadienne des droits et libertés.

Mais ce n'est certainement pas là l'idée que se font les Québécois (et les Canadiens) d'un État laïque et d'une société qui respecte l'égalité hommes femmes.

Le port du niqab est encore très marginal au Québec et ne constituera peut-être pas un enjeu avant bien des années, mais pourquoi ne pas édicter des balises claires dès maintenant?

Le projet de loi 62 du gouvernement du Québec sur la « neutralité religieuse » stipule que les services publics devront être donnés et reçus à visage découvert, mais il prévoit également que les personnes pourront faire une demande d'accommodement pour des motifs religieux, ce qui obligera l'État et les gouvernements municipaux à procéder au cas pas cas et ne règle rien finalement.

Et dans ce dossier, malheureusement, le ton parfois condescendant du premier ministre Philippe Couillard, très prompt à taxer d'intolérants ou de xénophobes ceux et celles qui s'interrogent sur les capacités d'accueil du Québec ou qui pressent son gouvernement d'affirmer haut et fort la laïcité de l'État, n'arrange pas les choses.

Si des citoyens sont inquiets et ont du mal à faire la part des choses, il appartient à leur premier ministre de calmer le jeu et de répondre aux questions, même maladroites, et aux inquiétudes, même non fondées, plutôt que de laisser entendre que le Québec sombre dans la xénophobie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer