Hommage à nos services d'urgence

Récemment, j'ai vécu une expérience spéciale. Le frère de mon épouse habite la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Récemment, j'ai vécu une expérience spéciale. Le frère de mon épouse habite la même rue que nous, à une distance d'un demi-kilomètre. Il demeure seul, son épouse étant hébergée en CHSLD. Bien qu'âgé de 85 ans, il est en bonne forme.

Le samedi, mon épouse lui a téléphoné en matinée, après le dîner, dans l'après-midi et avant le souper, sans jamais recevoir de retour d'appel. Tôt après le souper, vu nos inquiétudes, nous décidons d'aller voir ce qui se passait. Arrivés chez lui, à son condo, sa porte n'était pas verrouillée. Mon épouse s'empresse d'entrer et aussitôt elle revient vers moi en disant : « Mon frère dort, assis dans son fauteuil ». Alors je m'approche de lui, lui touche l'épaule, il ne bouge pas, je me place devant lui, touche les deux genoux, en les secouant, pas de réaction, je prends son pouls, rien, et finalement touche son front, il est froid. Alors j'ai dit à mon épouse : « Ton frère ne dort pas, il est décédé ». Quel choc!

Immédiatement, on a composé le 911. En 10 minutes à peine, les ambulanciers, policiers, Télé-Médic et pompiers étaient avec nous. Mon épouse était en crise, « mon frère est mort, je n'ai plus de frère »! Un intervenant l'a prise en charge, lui a parlé pour l'apaiser et tenter de la calmer. On a rejoint un de ses fils qui est arrivé environ une bonne demi-heure plus tard vu la distance. Il a contacté son frère qui est arrivé peu de temps après et ensuite ses soeurs qui étaient en vacances à l'extérieur. Imaginez quelle situation de détresse! Les intervenants ont pris la situation en main, nous nous sommes sentis réconfortés et soutenus dans ces moments douloureux. Quels services extraordinaires! Merci pour votre bon travail!

Jean-Louis Lepage, Sherbrooke

Laxisme à Statistique Canada

Le gouvernement canadien a dévoilé des statistiques relatives à la présence accrue d'anglophones dans plusieurs régions du Québec, alors que pour tout résident du Québec il était évident dès le départ que ces données de Statistique Canada étaient illogiques.

Pourtant elles ont été publiées. Il s'agit d'une erreur sans conséquence, mais qui met en évidence un laxisme à Statistique Canada. Pourtant le gouvernement fédéral doit posséder assez de ressources afin de réviser les données qui sont transmises aux citoyens du Canada.

Jean Chenay, Sherbrooke




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer