• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Le ministre responsable de la langue devrait défendre le français 

Le ministre responsable de la langue devrait défendre le français

Monsieur Luc Fortin, député de Sherbrooke,Ministre responsable de la Protection... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Monsieur Luc Fortin, député de Sherbrooke,
Ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française

Comme le titre La Tribune de mercredi, le recensement de Statistique Canada démontre que « Le Québec s'anglicise ». Plus préoccupant encore, le français recule même à Sherbrooke, où le rythme de croissance de la communauté anglophone est quatre fois et demie supérieur à celui de la communauté francophone. En tant que ministre responsable de la langue et député de Sherbrooke, vous devriez être le premier à proposer des solutions. Pourtant, dans un communiqué, vous préférez attaquer le Parti québécois et affirmer que les statistiques sur la langue maternelle ne sont pas importantes.

Or, si c'est le rôle des partis d'opposition de critiquer le gouvernement, le rôle de ce dernier n'est pas d'abord de leur répliquer, mais de répondre aux défis auxquels est confronté le Québec de manière non partisane. Quant à l'argument selon lequel les statistiques sur la langue maternelle ne sont pas importantes, puisqu'elles concerneraient le privé, il doit être rejeté, car un recul de l'indice de la langue maternelle se traduit généralement par un recul des autres indicateurs (langue à la maison, d'usage public, etc.). Et vous n'êtes pas sans connaître le phénomène des transferts linguistiques, c'est-à-dire le changement de langue maternelle affectant surtout nos compatriotes issus de l'immigration qui très souvent, après 2 ou 3 générations, passent de leur langue d'origine au français ou à l'anglais. Le recensement démontre d'ailleurs la force d'attraction de l'anglais auprès d'eux. C'est pourquoi la langue maternelle demeure un indice crucial de la vitalité du français qu'un ministre responsable de la langue ne devrait jamais banaliser.

M. Fortin, vous terminez votre communiqué en disant que le PQ n'a pas le monopole de l'amour du français. C'est vrai. Mais parmi les partis politiques, il semble avoir le monopole de sa défense vigoureuse.

Guillaume Rousseau, Lory Beauregard, Chiara Mara-Bolduc, Charles Picard-Duquette, Jasmin Roy-Rouleau, Philippe Pagé, Alexis Lemieux-Lepage, Claude Pelletier, Adam Rousseau, David Charland, Emrick Couture-Picard

Les signataires ont moins de 40 ans et sont membres du Parti québécois, d'Option nationale ou de la Société nationale de l'Estrie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer