Manque de transparence

Editorial / La décision du CIUSSS de l'Estrie-CHUS de ne pas dévoiler le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

Editorial / La décision du CIUSSS de l'Estrie-CHUS de ne pas dévoiler le rapport sur l'enquête interne au sujet de la mort d'un homme de 74 ans au CHSLD Argyll, à la suite d'une agression par un autre résident, respecte certes les règlements de l'établissement, mais entretient un climat de suspicion envers celui-ci et sur l'efficacité de ses procédés.

En juin dernier, la direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS avait refusé de donner le moindre détail sur ce qui s'était passé au cours de cette soirée fatidique, mais avait néanmoins annoncé une série de recommandations pour assurer la sécurité des patients et éviter que se produise un nouvel incident du genre.

Elle avait du même coup soutenu qu'au moment de l'agression, en octobre 2016, le personnel était en nombre suffisant et que ses procédés étaient conformes aux règles établies.

Or, s'il n'y avait aucun problème, pourquoi avoir instauré de nouvelles mesures? Quels sont les faits et les constats qui ont incité le CIUSSS de l'Estrie-CHUS à les mettre en place?

Un manque de ressources? Un problème d'organisation des soins? Une mauvaise évaluation des risques?

Impossible également de savoir si d'autres cas d'agression entre patients sont déjà survenus au CHSLD Argyll ou dans d'autres CHSLD.

Le plan d'action prévoyaient notamment la collecte quotidienne de données sur le comportement des usagers, l'amélioration des procédures d'alerte et de nouveaux aménagements physiques, dont des caméras de surveillance 360 degrés dans les aires communes.

Le rapport du coroner permettra sans doute d'en apprendre davantage sur les circonstances de ce drame, mais il y a un manque de transparence dans ce dossier.

Notre collègue Marie-Christine Bouchard révélait dans La Tribune de vendredi que l'enquête interne a été dirigée par un «comité ad hoc sur un événement sentinelle», ce qui garantit la confidentialité du rapport, sans égard à la Loi sur l'accès à l'information.

Cela signifie que ce rapport est destiné exclusivement au Comité de prestation sécuritaire des soins et des services aux usagers du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Notre journaliste a également appris certains faits grâce à des documents obtenus par la Loi sur l'accès à l'information.

Notamment que la victime dormait au moment de l'agression, que l'agresseur a été filmé par les caméras de surveillance lorsqu'il est entré dans la chambre, que le personnel est intervenu huit minutes plus tard et que le médecin appelé sur les lieux a constaté le décès 30 minutes après l'événement.

Ce n'est que le lendemain matin que le Service de police de Sherbrooke a été avisé et que la cellule de gestion stratégique du CIUSSS de l'Estrie-CHUS a été mise en place.

Ces faits soulèvent également de nombreuses questions.

Les mesures mises en place à la suite du drame ont sans doute permis d'améliorer la sécurité des patients, mais n'est-ce pas en même temps reconnaître sans le dire qu'il y avait des lacunes?

Pour l'avocat spécialisé en droit de la santé, Me Jean-Pierre Ménard, la décision de l'établissement de garder le rapport confidentiel équivaut à une «stratégie juridique pour se défiler de son obligation de transparence».

Chose certaine, aux yeux du public, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS n'aide pas sa cause.

Et cette situation est d'autant plus déplorable que les problèmes d'agressivité et d'altercations ne sont pas nouveaux dans les CHSLD de la province.

Le Protecteur du citoyen souligne depuis plusieurs années que des résidents en CHSLD éprouvent un sentiment d'insécurité en raison d'usagers au comportement agressif ou violent.

Dans ce contexte, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS ne se rend pas service, pas plus qu'à ses patients et à leurs proches, en gardant le silence.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer