Le vrai vivre ensemble

M. Gilbert Lavoie, éditorialiste, j'ai lu avec intérêt votre éditorial intitulé... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

M. Gilbert Lavoie, éditorialiste, j'ai lu avec intérêt votre éditorial intitulé Saint-Apollinaire, priez pour nous, publié dans La Tribune de mardi. Je comprends qu'il peut être plus facile de simplement accepter le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire, comme demandé par certains porte-paroles musulman. Cependant, ces ténors évitent d'ajouter que des responsables de cimetières affirment vouloir accepter les fidèles musulmans dans des cimetières multiconfessionnels. Ou bien, ils refusent carrément leur offre.

En plus, j'entends les promoteurs de cimetières musulmans répéter la nécessité de vivre ensemble. Je suis favorable au vivre ensemble. J'y suis favorable lorsque nous sommes vivants, mais aussi après la mort. Il ne faut pas laisser faire ceux qui fonctionnent comme s'il s'agissait d'un buffet chinois, où nous prenons seulement ce qui nous plait individuellement à un moment précis. Si nous sommes d'accord avec le vivre ensemble, il faut montrer des preuves que c'est vrai tout le temps.

Par ailleurs, je déplore le silence, probablement calculé, des dirigeants catholiques. Ils nous ont sermonnés pendant des décennies sur la valeur de l'oecuménisme. Si c'était une valeur lorsqu'il n'y avait pas de musulmans au Québec, cela devrait être encore une valeur aujourd'hui. Ces dirigeants catholiques devraient, logiquement et en accord avec la valeur oecuménique, offrir aux musulmans de partager les cimetières catholiques. Cela s'applique aussi aux autres religions. J'ai entendu maintes fois des prêtres dire et répéter que nous sommes tous frères. Si telle est vraiment leur position, pourquoi ne pas inviter nos frères musulmans à cohabiter avec tous les autres frères dans les mêmes cimetières? Alors, le vrai vivre ensemble deviendra réalité. Rappelez-vous la chanson de Raymond Lévesque Quand les hommes vivront d'amour. Quand commence la charité et quand finit-elle?

Denis Brouillard, Asbestos

Où ira l'argent économisé?

Bravo au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour avoir négocié à la baisse le coût des médicaments génériques. Bravo également de vouloir réinvestir les sommes économisées dans le système de santé. Mais où?

J'espère que cet argent n'ira pas engraisser les diverses bureaucraties du système de santé ni ne sera versé en primes et bonus exorbitants à du personnel-cadre qui n'en a absolument pas besoin. Je souhaite surtout que les citoyens bénéficient de cette aubaine et que les moins nantis soient gagnants.

Jean-Claude Royer, Ham-Nord




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer