Un Costco dans l'Est, en avions-nous vraiment besoin?

N'étant clients ni du Plateau St-Joseph, ni du Costco, nous avons suivi de loin... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

N'étant clients ni du Plateau St-Joseph, ni du Costco, nous avons suivi de loin le dossier du déménagement de ce dernier. Ainsi, quelle ne fut pas notre surprise de lire que des élus s'y sont opposés, non pas parce que cela va à l'encontre du développement durable, dont Sherbrooke se réclame, mais bien parce qu'ils auraient souhaité voir Costco s'installer dans l'Est!

Nous avons choisi d'établir notre famille à Fleurimont non seulement parce que nous pouvions y devenir propriétaires à un coût abordable, mais surtout parce que ce secteur est bien desservi par le transport en commun et qu'on y trouve de nombreux commerces et services de proximité. Nous habitons à moins d'un kilomètre du Pôle économique de l'Est, et nous serions ravis de voir ce secteur se développer. Cependant, Costco, dont le modèle d'affaires encourage la surconsommation, le suremballage et la dépendance à la voiture, est bien le dernier commerce que nous souhaitons y trouver. Plutôt que de nous en attrister, nous nous réjouissons que Costco n'ait pas choisi l'Est.

Visiblement, les élus ne partagent pas tous nos valeurs, et certains tentent de se consoler en pensant à d'autres grandes surfaces qui pourraient choisir le Pôle commercial de l'Est pour leur développement. Nous lisons que le président de Commerce Sherbrooke, Louisda Brochu, souhaite voir s'agrandir le Walmart des Galeries Quatre-saisons. Vraiment? Walmart, cette multinationale dont tous les profits sont destinés à ne pas être dépensés localement, et dont l'installation dans un quartier est réputée nuire aux commerces locaux? Est-ce là la meilleure solution des élus pour améliorer la qualité de vie des citoyens? Ne pourrait-on pas souhaiter voir s'agrandir La Récolte, ce marché qui offre de beaux fruits et légumes frais toute l'année, ou Vélo Shermont, qui offre un excellent service aux cyclistes du quartier? Ou encore l'Écoloboutique ou le Silo, qui nous permettent de consommer de manière plus éthique? Vous voulez de nouveaux commerces? L'Est manque cruellement de librairies. Pourquoi ne pas favoriser l'ouverture d'une belle grande librairie indépendante qui bonifierait l'offre culturelle de Fleurimont? Vous voulez un gros nom pour attirer d'autres commerces? Pourquoi ne pas déployer vos ressources pour convaincre Mountain Equipment Coop de s'implanter dans ce secteur? Cette entreprise a au moins le mérite d'être réellement engagée dans le développement durable, et ses magasins ne sont pas des horreurs architecturales.

Le Pôle commercial de l'Est présente l'avantage d'être facilement accessible en transport en commun, et le sera également en transport actif, si on en croit Vincent Boutin qui nous dit travailler fort à la prolongation de la piste cyclable sur la 12e Avenue. Il nous semble que le développement de ce secteur devrait prioriser l'implantation de commerces ou de services dont l'offre est en harmonie avec les besoins réels des résidents de Fleurimont, et qui pourront être fréquentés par le biais du transport actif. En outre, puisque la ville met beaucoup d'énergie à encourager l'entrepreneuriat, pourquoi ne pas faire de ce secteur une vitrine de l'entrepreneuriat régional, plutôt qu'une énième copie du désolant alignement de franchises et de succursales de multinationales qui borde les autoroutes de toutes les villes?

Des élus qui rêvent d'un plus gros Walmart ou d'un Costco géant entre deux quartiers résidentiels, c'est franchement décourageant. Vivement que la classe politique actuelle soit renouvelée et remplacée par des gens qui ont conscience que nous ne sommes pas en 1980, mais au 21e siècle, et qu'il est temps d'envisager le développement économique autrement, notamment en favorisant les entreprises locales et les commerces de proximité à échelle humaine.

Christine Labrie , candidate au doctorat en études féministes

Mathieu Poulin-Lamarre, professeur d'anthropologie au Cégep de Sherbrooke




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer