Trudeau s'en va en guerre

La semaine dernière, le ministre de la Défense... (Archives, La Presse)

Agrandir

La semaine dernière, le ministre de la Défense Harjit Sajjan, n'a pas été en mesure de préciser où il puisera l'argent pour financer sa nouvelle stratégie.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

Éditorial / Le gouvernement de Justin Trudeau prévoit hausser les dépenses militaires du Canada de 70 % sur 10 ans. La facture, que devront acquitter les contribuables canadiens, passera ainsi de 18,9 milliards de dollars à 32,7 milliards en 2026. C'est beaucoup d'argent pour faire la guerre, qui n'a malheureusement pas son équivalent pour favoriser la paix. Plusieurs s'interrogent aujourd'hui sur les intentions réelles du Canada en matière de défense, à commencer par sa volonté d'investir pareilles sommes.

La semaine dernière, le ministre de la Défense Harjit Sajjan, n'a pas été en mesure de préciser où il puisera l'argent pour financer sa nouvelle stratégie. Son collègue des Transports, Marc Garneau, n'a pas été plus explicite, indiquant qu'il s'agit de « choses qui vont être définies plus tard ». Difficile dans ces circonstances d'accorder une grande crédibilité à ce plan, pourtant le fruit d'un an de réflexion.

Cette promesse d'investissement massif dans la défense nationale peut sembler surprenante de la part d'un gouvernement dirigé par un jeune premier ministre aux idées libérales. Il faut sans doute y voir une façon de calmer le puissant voisin américain et d'amadouer son belliqueux président. Celui-ci dénonce vertement les pays qui semblent vouloir s'abriter sous le bouclier des États-Unis sans verser un sou.

Malgré cet effort qui demeure à concrétiser, le Canada demeurera encore loin de son engagement. À titre de pays membre de l'OTAN, le Canada doit investir 2 % de son produit intérieur brut dans ses forces militaires. Ottawa se situe aujourd'hui à la moitié de son objectif et les 32,7 milliards promis dans dix ans ne représenteront que 1,4 % du PIB.

Pour remplacer ses vieux CF-18, le fédéral prévoit maintenant acheter 88 nouveaux avions de chasse, 23 de plus que ceux prévus par le gouvernement précédent. À ce nombre, il faut ajouter les 18 Super Hornet de Boeing envisagés pour allonger la durée de vie de CF-18 pour un total de 106 appareils.

Plusieurs entreprises québécoises salivent déjà, croyant à juste titre être en mesure de profiter de la hausse des dépenses par la Défense. Le secteur aéronautique québécois pense entre autres être bien placé pour aller chercher une bonne partie du 1,6 milliard prévu pour l'innovation.

À ce compte, le Canada n'aurait-il pas intérêt à développer son propre avion de chasse? D'ailleurs, le Canada a bien failli avoir son propre avion de combat. Ces dernières semaines, le géant Boeing a tenté de plomber les ailes de Bombardier en l'accusant de recevoir des subventions injustes pour sa C-Série. À cet affront, il faut ajouter l'échec appréhendé des futurs F-35. Pour se doter d'un avion de remplacement, rappelons que Trudeau a promis une démarche « ouverte et transparente ».

Dans cette optique, le Canada pourrait sûrement balayer le ciel européen à la recherche d'un nouveau partenaire moins gourmand et surtout moins paternaliste que les Américains. La plateforme des Mirage, Eurofighter ou Saab pourrait peut-être servir de base à la création d'un avion de combat bien canadien. Les ouvriers et constructeurs comme Bombardier toucheraient alors la majeure partie des retombées.

Il y a quelques années, le Canada a été la risée du monde entier en faisant l'acquisition de quatre sous-marins nucléaires usagés de la Grande-Bretagne. Malgré des investissements majeurs, ceux-ci sont demeurés à quai la majeure partie du temps. Alors, tant qu'à donner un sérieux coup de barre dans l'armement, pourquoi le Canada n'en profiterait-il pas pour développer sa propre industrie militaire?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer