Du pain sur la planche

Éditorial / Après des mois d'attente, le plan de 900 millions $ du gouvernement... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

Éditorial / Après des mois d'attente, le plan de 900 millions $ du gouvernement fédéral pour aider l'industrie forestière est une bénédiction pour ce secteur d'activités trop souvent négligé par Ottawa durant les périodes de crise, malgré son importance pour l'économie du Québec.

Le plan annoncé jeudi dernier prévoit une enveloppe de 500 millions $ pour offrir des garanties de prêts et du financement commercial. Il comporte aussi des bonifications à l'assurance-emploi pour les travailleurs qui seraient touchés par des mises à pied dans ce secteur menacé par une nouvelle guerre commerciale avec les États-Unis.

Ottawa veut également aider l'industrie à innover et à développer les marchés, notamment en Asie.

L'administration Trump a imposé en avril dernier des droits compensatoires pouvant atteindre 24 pour cent sur les importations de bois d'oeuvre canadien, estimant que le Canada subventionne son industrie puisqu'une grande partie de la ressource provient de terres publiques.

Et, pour le moment, la situation touche autant les producteurs qui s'approvisionnent sur les terres publiques que les producteurs privés.

L'accord américano-canadien sur le bois d'oeuvre est échu depuis l'automne 2015, mais avait été prolongé d'un an, moment où l'industrie américaine a porté plainte contre le Canada.

On peut dire que l'histoire se répète puisqu'au fil des négociations passées, les États-Unis ont multiplié les recours légaux et les enquêtes sur des allégations de subventions et de dumping par l'industrie canadienne.

Toutefois, les tribunaux de l'Accord de libre-échange américain et de l'Organisation mondiale du commerce ont toujours donné raison au Canada.

En 2001 et 2006, les tarifs imposés par les États-Unis avaient coûté des milliers d'emplois au Québec.

Alors que le litige n'est toujours pas réglé, l'aide d'Ottawa, qui fait suite à celle de 300 millions $ du gouvernement du Québec, permettra aux exportateurs québécois de souffler un peu.

Uniquement en Estrie, où 90 pour cent du bois provient de forêts privées, ce secteur d'activités (industrie et sylviculture) représente 8000 emplois et fait vivre plusieurs petites communautés.

Dans l'ensemble du Québec, plus des deux tiers du bois exploité provient de terres publiques.

Il aurait certes été préférable qu'Ottawa présente un programme d'aide plus tôt, mais, aussi bienvenu soit-il, il est prioritaire que le gouvernement Trudeau parvienne à une nouvelle entente avec les États-Unis afin que l'industrie et les producteurs forestiers puissent savoir à quoi s'en tenir.

Hors, cela peut être long.

Le Québec est en droit de s'attendre à la même diligence qu'avait démontrée Ottawa il y a quelques années pour l'industrie de l'automobile ontarienne.

Même les scieries frontalières des deux pays, qui s'approvisionnent surtout en bois américain, sont pénalisées puisqu'elles n'ont plus de clause d'exclusion et doivent payer les mêmes tarifs que les autres.

André Roy, président du Syndicat des producteurs de bois de l'Estrie, indique que même si pour l'heure l'impact sur l'ensemble du secteur est amoindri par les hausses de prix de 22-23 pour cent du bois d'oeuvre, depuis janvier, en raison du dynamisme de l'industrie de la construction aux États-Unis, il faut un nouvel accord.

« Tant qu'il n'y aura pas d'accord, ce seront les mêmes tarifs pour tout le monde », dit-il.

En outre, tant que la construction ira bien aux États-Unis, la situation sera tolérable, mais un ralentissement aurait tôt fait de se traduire par des baisses de prix pour le bois d'oeuvre canadien et les producteurs vont écoper, ajoute M. Roy.

Il est important que le bois des forêts privées soit exempté de tarifs compensatoires, comme dans le passé, et que les règles du jeu soient claires pour tous.

Mais pour cela, il faut négocier.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer