Mesquin et inqualifiable

ÉDITORIAL / Les nouveaux paramètres du ministère de l'Éducation, qui réduisent... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Les nouveaux paramètres du ministère de l'Éducation, qui réduisent les montants pour l'aide alimentaire destinée aux élèves du secondaire en milieux défavorisés, doivent être revus: comment peut-on justifier une telle mesure et s'imaginer que des jeunes au ventre creux vont pouvoir réussir?

Le quotidien La Presse révélait mercredi que plusieurs écoles secondaires en région pourtant considérées comme défavorisées perdraient en tout ou en partie leur financement destiné à offrir de l'aide alimentaire aux élèves (déjeuners, dîners et collations).

Pour toute explication, le ministre Sébastien Proulx fait valoir que l'enveloppe globale pour ce programme a été indexée et totalise 7,7 millions $ pour l'année scolaire 2017-2018; il affirme que les paramètres ont été modifiés «pour corriger des inégalités» puisque certaines écoles favorisées recevaient de l'aide et qu'il faut la diriger dans les milieux qui en ont vraiment besoin.

On veut bien, mais comment se fait-il que des écoles situées en milieu défavorisé ou qui accueillent des élèves de milieux défavorisés voient leur financement réduit?

Par exemple, la Commission scolaire des Chic-Chocs, en Gaspésie, qui recevait 33 090 $ en 2016-2017, devra se débrouiller avec 5269 $ cette année selon la Fédération des syndicats de l'enseignement.

Le scénario serait similaire dans des commissions scolaires des Laurentides et de Lanaudière, notamment. Comme si la pauvreté avait disparu par enchantement!

À la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, qui compte elle aussi des écoles secondaires en milieu défavorisé, le montant était de 88 038 $ en 2016-2017 et sera de 69 652 $ en 2017-2018.

On a de la difficulté à comprendre, à l'heure où l'éducation et la réussite scolaire sont des priorités, que le ministère de l'Éducation puisse poser des gestes aussi aberrants alors que le gouvernement Couillard est en surplus budgétaire.

En outre, le ministre Proulx a annoncé en avril dernier le projet «Lab-école», assorti d'une enveloppe de 1,5 million $ par année, pour développer des «concepts» de l'école du futur à la suite d'une proposition de trois personnalités connues, l'architecte Pierre Thibault, l'athlète et promoteur de l'activité physique Pierre Lavoie et le cuisinier Ricardo Larrivée.

Si Québec a autant d'argent pour un projet aussi farfelu, il devrait en avoir également pour combler un besoin essentiel chez les étudiants provenant de milieux défavorisés!

D'autant plus que les problèmes et les carences de l'école publique sont connus et que le personnel enseignant, tout comme nombre de professionnels de l'éducation, connaît les solutions. C'est l'argent qui manque!

Le nombre de ménages et de personnes qui n'arrivent pas à se nourrir convenablement est en augmentation, au Québec comme au Canada.

Dans son dernier bilan, le réseau Banques alimentaires Canada révélait que les demandes d'aide alimentaire avaient augmenté de 5,4 pour cent au Québec en 2015-2016, soit 100 000 requêtes de plus par mois, pour atteindre 1,8 million de demandes par mois.

En outre, de plus en plus de ménages avec un revenu d'emploi doivent avoir recours au dépannage direct pour se nourrir convenablement. Les données de cet organisme démontrent que 11 pour cent de la clientèle des banques alimentaires était dans cette situation, pour l'ensemble du Québec, et qu'en Estrie cette proportion est de 7,8 pour cent.

Dans ce contexte, diminuer le financement pour l'aide alimentaire est une mesure mesquine et inqualifiable, en contradiction totale avec les discours sur la réussite scolaire et la justice sociale.

Soit le ministre Proulx, qui envoie ses enfants à l'école privée, manque de sensibilité sur ces questions ou est déconnecté de la réalité quotidienne des élèves en milieux défavorisés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer