Je me sens traité comme un criminel

Je voudrais vous parler des bons services que je reçois de la police de... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Je voudrais vous parler des bons services que je reçois de la police de Sherbrooke, dont la devise est « Servir, prévenir et protéger ».

Je me sens très en sécurité à Sherbrooke, sachant qu'il y a de bons policiers et de bonnes policières qui font leur possible pour me protéger, protéger mes filles, mes petits-enfants et mon entourage. Par contre, je voudrais rappeler aux dirigeants de ce service que le mandat premier des policiers est de servir, prévenir et protéger, non pas de se cacher et de piéger les automobilistes. Car, partout dans la ville de Sherbrooke, on voit des autos patrouilles banalisées qui piègent et harcèlent les automobilistes qui se rendent à leur travail, surtout le matin et dans le milieu de l'après-midi.

Ce comportement [...] n'est pas à l'honneur de notre service de police. Si le budget de 36 millions de dollars par année du service de police n'est pas suffisant [...] pour accomplir le travail [...], il vous faut trouver d'autres moyens honorables pour augmenter vos revenus [...] au lieu de harceler les gens [...]. Aussi, je ne suis pas d'accord avec le fait [...] qu'on demande aux policiers et aux policières d'agir de la sorte. Je ne suis pas convaincu qu'ils sentent qu'ils respectent les citoyens en faisant ce travail [...]. S'il vous plaît, monsieur le maire et les conseillers municipaux, prenez connaissance de mon opinion, car je crois que je ne suis pas seul citoyen à constater cette situation.

Marc Grenier,

Sherbrooke

Le bon choix de Québec Solidaire

Le Parti québécois est devenu vieux... Oui à la souveraineté du Québec, mais pas à n'importe quel prix! La souveraineté n'a tout simplement plus la cote. Les ténors péquistes des 20 dernières années n'ont avancé que des solutions du passé. Le chef actuel, Jean-François Lisée, un intellectuel reconnu, affiche des airs de suffisance partout où il passe. Je suis un homme de 67 ans qui, jusqu'à l'apparition de Québec solidaire, avait toujours voté pour le PQ. J'ai changé d'allégeance parce que pour moi et beaucoup d'autres, la souveraineté sans la justice sociale n'a aucun sens.

Il serait faux de croire que Québec solidaire est responsable de sauver les meubles du Parti québécois. Les péquistes n'ont qu'eux à blâmer pour la situation actuelle.

Ceci dit, gageons que d'ici la prochaine élection un rapprochement est possible.

Jean Chenay,

Sherbrooke




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer