Voyager l'esprit tranquille

ÉDITORIAL / En avril dernier, l'opinion publique a été choquée par l'expulsion... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / En avril dernier, l'opinion publique a été choquée par l'expulsion musclée d'un passager monté à bord d'un vol de la United Airlines entre Chicago et Louisville au Kentucky. Au Canada, ce genre de drame devrait dorénavant être évité à la suite de l'adoption prochaine d'une charte des voyageurs, réclamée à grands cris depuis une dizaine d'années déjà.

La surréservation n'a rien de bien exceptionnel pour les voyageurs qui empruntent régulièrement les transports aériens. Par cette pratique assez tordue merci, une compagnie peut vendre deux fois le même siège. De cette manière, les appareils sont remplis au maximum de leur capacité, ce qui permet de rentabiliser les vols. Comme aucun siège ne peut accueillir deux occupants, l'un d'eux devra forcément demeurer au sol même s'il a dûment payé son billet.

Jusqu'ici, rien n'obligeait un transporteur aérien à offrir un dédommagement convenable à ce passager. Règle générale, les compagnies vont réussir assez facilement à trouver des volontaires qui accepteront de retarder leur déplacement d'une journée en retour d'une généreuse compensation. Quand il n'y a aucun volontaire, la situation se corse et c'est justement de qui est arrivé sur le vol de la United.

Ministre des Transports du Canada, Marc Garneau a présenté la semaine dernière un projet de loi qui va instaurer des compensations minimales obligatoires en cas de retard, d'annulation, de perte de bagages ou de refus d'embarquement. L'Office des transports du Canada devra préciser les modalités et montants auxquels toutes les compagnies devront s'astreindre. À cette fin, un règlement entrera en vigueur, idéalement au début de l'an prochain. Le ministre exhorte les transporteurs à s'y conformer dès maintenant en renonçant à l'expulsion forcée.

Le ministre n'interdit pas la surréservation qui permet d'offrir de meilleurs tarifs. Il vient simplement en baliser la pratique et humaniser ce qui apparaît comme une jungle commerciale. À ses yeux, la future réglementation devra inclure l'interdiction formelle d'expulser un passager contre son gré. Les compagnies aériennes devront ainsi faire monter les enchères jusqu'à ce qu'un ou des passagers se portent volontaires.

La future réglementation va devoir aussi inclure l'obligation d'attribuer un siège aux enfants de moins de 14 ans à proximité de leurs parents. L'hiver dernier, Air Canada a été vilipendée sur la place publique pour avoir exigé des frais de 40 $ pour garantir qu'un bébé soit assis à côté de ses parents. À croire que les dirigeants de ce transporteur n'ont pas d'enfants.

Constat désolant, les passagers sont à la merci des grandes compagnies aériennes au Canada. Faible densité de population, piètre concurrence et énormes distances à parcourir jouent en défaveur des consommateurs. L'État a donc le devoir d'imposer une certaine discipline.

Le gouvernement Trudeau a également annoncé en décembre dernier qu'il allait rehausser le seuil de propriété des compagnies aériennes à 49 % par des intérêts étrangers. Jusqu'ici, ceux-ci ne pouvaient posséder plus de 25 %. Ottawa espère ainsi que des transporteurs à rabais pourront sillonner les cieux canadiens.

Il est plus que temps que les Canadiens aient accès à de bas tarifs aériens, tout spécialement en région. Depuis plusieurs années déjà, les consommateurs dénoncent le fait qu'un billet d'avion pour l'Abitibi ou les Îles de la Madeleine coûte aussi cher qu'un billet pour l'Europe.

Jugé timide par certains, le projet de loi du ministre Garneau constitue un premier pas dans la bonne direction. Le ministre devra maintenant veiller à le faire atterrir au bon endroit pour les passagers.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer