Refuser la peur et la haine

L'article de la journaliste Chloé Cotnoir dans La Tribune du 15 mai, « La peur... (Infographie, Le Soleil)

Agrandir

Infographie, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'article de la journaliste Chloé Cotnoir dans La Tribune du 15 mai, « La peur persiste à A'Rahmane », est très intéressant... Oh mon Dieu, comme je comprends Abdellah Chaker lorsqu'il affirme que « plus de 90 % des Canadiens et des Québécois sont pacifiques. La cohabitation se passe très bien. Mais la petite minorité extrémiste me fait peur puisqu'un seul individu peut faire des ravages ».

Voilà, nous y sommes!

Est-ce là l'expression d'une « québécophobie »? Une expression de haine à l'encontre du « White Angry Man » canadien? Non! Je ne le crois pas. La peur est un sentiment légitime surtout lorsqu'elle trouve sa source dans les actes répréhensibles d'une minorité belliqueuse. Je les comprends bien et je suis d'accord avec eux.

(...) Je n'associe pas tous les musulmans aux actes épouvantables commis par une minorité (significative quand même) d'extrémistes. J'ai en tête ce qui arrive à mes coreligionnaires d'Irak, de Syrie, du Pakistan (...) et de bien d'autres endroits. (...)

J'ai peur. Ils ont peur. Nous avons peur. Pourtant je ne suis pas islamophobe pas plus qu'ils sont « québécophobes » ou « cathophobes » Pourquoi?

Parce qu'eux comme moi refusons de répondre à cette peur par la violence et la haine! (...)

Guy Fortin, Diacre dans l'Église catholique, Sherbrooke

Quel avenir pour le Brexit?

La réjouissante victoire électorale d'Emmanuel Macron comme président de la République française peut-elle engendrer une nouvelle réflexion au Royaume-Uni sur sa volonté de quitter l'Union européenne, le Brexit? Le récent scrutin en Hollande qui s'est conclu en faveur du maintien du pays au sein de l'Union européenne, suivi de l'élection de Macron, un pro-Européen, et le fait que 45 % des Britanniques qui ont voté pour le Brexit disent aujourd'hui le regretter, selon un sondage, pourraient-ils changer la donne?

À l'instar du premier ministre Justin Trudeau, je préfère les accords internationaux rassembleurs plutôt que leur éclatement. (...) Lorsqu'il y a des incompréhensions ou des mésententes au sein d'une organisation, il appartient aux partenaires de négocier et de corriger les lacunes.

On nous dit que la planète terre porte présentement la génération la plus instruite de son histoire. Montrons que nous favorisons l'unité et les échanges entre les nations tout en nous inspirant d'Albert Einstein qui disait : « Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité ». (...)

Réjean Beaudoin, Sherbrooke




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer