Convaincante et mitigée

Emmanuel Macron... (The Associated Press)

Agrandir

Emmanuel Macron

The Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Élu plus jeune président de la Ve République, Emmanuel Macron dirigera les destinées de la France. Avec 65 % des voix, sa victoire est à la fois convaincante et mitigée. Sans véritable formation politique pour concrétiser sa plateforme électorale, celui-ci devra trouver le moyen d'asseoir son pouvoir lors des élections législatives de juin. Il croisera sur son chemin une Marine Le Pen qui, malgré une défaite apparente, sera galvanisée par l'appui d'environ 11 millions d'électeurs.

Macron était un parfait inconnu en politique il y a à peine deux ans. Sans dénigrer sa victoire, notons que nombre d'électeurs (43 %) ayant voté pour lui ont d'abord voulu barrer le chemin de Marine Le Pen. Outre le taux d'abstention de 25 %, trois millions d'électeurs ont voté blanc.

Au cours des dernières années, Le Pen a tout fait pour assouplir l'image diabolique du Front national fondé par son père, Jean-Marie. Par son attitude belliqueuse lors du débat de mercredi dernier, elle a bousillé tous ses efforts. Après sa défaite, elle a d'ailleurs laissé entendre que le Front national va devenir Les patriotes.

Cette élection est historique à plusieurs points de vue, à commencer par la fin de l'éternel clivage entre la gauche et la droite. À 39 ans, Emmanuel Macron représente aussi l'expression d'un changement de génération à la tête du pays. Plusieurs reconnaissent ainsi que le nouveau président aura la tâche délicate de réconcilier les Français et de représenter une large diversité.

Marine Le Pen se retrouve paradoxalement en excellente position pour les élections législatives des 11 et 18 juin. C'est à ce moment que seront élus les députés qui siègeront à l'Assemblée nationale et qui formeront le gouvernement. Le Front national est un parti politique bien organisé avec des représentants crédibles dans plusieurs régions de France. D'ailleurs, le sentiment réel d'abandon des villages et des régions rurales par les élites constitue un terreau très fertile pour le Front national. Reste à savoir combien de députés ses 35 % d'appuis lui procureront.

Fort de sa victoire, Macron devrait pouvoir attirer plusieurs candidats de prestige. Sans parti politique, il en aura bien besoin pour exercer le pouvoir et concrétiser ses promesses. Il entend notamment baisser l'impôt des sociétés tout en réduisant les dépenses de l'État de 60 milliards d'euros en cinq ans et en supprimant 120 000 postes de fonctionnaires. À l'évidence, ce programme ne passera pas comme une lettre à la poste.

Pour le Canada, l'élection de Macron représente une bonne nouvelle. À quelques jours de l'entrée en vigueur du traité de libre-échange avec l'Union européenne, l'arrivée d'un président favorable à l'Europe et aux échanges commerciaux a bien sûr quelque chose de rassurant. En raison de leur âge et de leurs valeurs communes, Macron et le premier ministre Justin Trudeau ont tout pour s'entendre comme de parfaits larrons en foire.

Les attentes à l'endroit de Macron sont pour le moins énormes, démesurées même compte tenu du mécontentement généralisé et de la complexité de la situation. Il dispose de cinq ans pour comprendre et répondre aux aspirations de son peuple, apaiser l'anxiété collective, comme il le déclare lui-même. À défaut, il va bien malgré lui paver la voie de Marine Le Pen vers l'Élysée. Fier partisan du libéralisme économique, il devra aussi démontrer que la France peut demeurer la France dans une Europe forte, car bien des Français sont aujourd'hui tentés d'imiter leurs voisins anglais et leur Brexit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer