Deux poids deux mesures

Le gouvernement Couillard se vante d'avoir privé plusieurs personnes et... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement Couillard se vante d'avoir privé plusieurs personnes et familles de leur chèque d'aide sociale pour être sorti du pays, souvent pour visiter la famille ou assister à des funérailles. Les frais du voyage sont assumés par les familles ou  par des privations de toutes sortes  (médicaments, nourriture, etc.). Est-ce acceptable d'exiger d'une personne à l'aide sociale qu'elle ne puisse plus voir sa famille ou dire adieu à une personne aimée sous prétexte qu'elles vivent éloignées l'une de l'autre? Ce n'est  pas pour des vacances en Floride (...).

Le gouvernement a aussi coupé les chèques des personnes qui ont le courage de se présenter en thérapie pour désintoxication. Ce qui a comme conséquence que la peur de voir disparaître ses revenus entraîne un refus d'aller en thérapie, ce qui mine leur santé (...) et entraîne des coûts supplémentaires pour le système de santé et peut amener à plus d'itinérance.

Doit-on être obligé de vendre sa maison (...), pour avoir le droit à l'aide de dernier recours? La personne doit-elle se départir de tous ses biens pour obtenir cette aide, souvent temporaire, pour lui permettre de rétablir sa santé ou de se trouver un nouvel emploi?

Que fera le gouvernement de cette fabuleuse cagnotte durement acquise sur le dos des personnes les plus démunies? La réinvestira-t-il dans le programme d'aide sociale ou dans l'aide à Bombardier?

Pourquoi s'acharne-t-il sur les personnes les plus pauvres de notre société? (...) Peut-on accepter qu'au Québec, il y a deux poids deux mesures, une pour les personnes les plus pauvres et une pour les personnes haut placées?

Line Marcoux, Table d'action contre l'appauvrissement de l'Estrie

Geneviève Bouchard, Action Plus

Ma ville est malade

En lisant La Tribune de mardi, je me suis demandé si je suis rendue dans la gang des «indignés». Je crois que oui! La Ville de Sherbrooke accorde à un consultant un contrat de 71 550 $ pour l'aéroport, alors que celui-ci a obtenu précédemment deux autres contrats totalisant près de

200 000 $, avec zéro résultat? Avec (...) mes taxes? Tout ceci pour valider l'intérêt pour l'aéroport de Sherbrooke?

Mais cette Ville est franchement tombée sur la tête! Ce même consultant, alors que chroniqueur à la radio, a vilipendé la Ville (...), je l'ai entendu, après ses premiers mandats, et voilà qu'on le remercie en lui donnant un autre mandat? Jamais de ma vie ai-je entendu une plus grande sottise (...)!

Bianca Battistini, Arrondissement de Fleurimont




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer