Réflexion sur le cannabis

Honorable Justin Trudeau, Premier ministre du CanadaParlement du CanadaOttawa... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Honorable Justin Trudeau,
Premier ministre du Canada
Parlement du Canada
Ottawa (Ontario)

Monsieur le premier ministre,

Permettez-moi, en tant que militant libéral fédéral depuis de nombreuses années, ayant travaillé en particulier avec votre père, ainsi qu'avec Jean Chrétien et Paul Martin, de vous exposer les motifs pour lesquels je suis contre la légalisation du cannabis.

D'abord, vous vous fiez au rapport du comité de Anne McLellan, qui, soit dit en passant, a évité d'étudier des questions cruciales, pour faire ni plus ni moins un rapport de complaisance.

Ce rapport suggère d'adapter les messages éducatifs en fonction de l'évolution des éléments de preuve et de la compréhension des risques pour la santé.

Il demande aussi de statuer sur une limite de THC acceptable pour les conducteurs avec facultés affaiblies par le cannabis, mais les données scientifiques sur le sujet sont manquantes.

Selon ce rapport, la légalisation du cannabis offre une occasion inouïe aux chercheurs d'évaluer les bienfaits et les dommages du cannabis. J'espère que l'objectif n'est pas de faire des Canadiens des souris de laboratoire afin de tirer des leçons qui pourront servir au monde entier. Les études et les vérifications devraient plutôt être faites au préalable.

Vous invoquez deux motifs principaux pour légaliser le pot : sauver notre jeunesse et enlever au crime organisé les revenus de ce marché lucratif soit dit en passant pour le remettre aux entreprises dont certaines ont été très actives auprès du Parti libéral du Canada, tant par le travail de leurs lobbyistes que par les contacts qu'elles avaient avec le Parti.

Tout d'abord, ces deux arguments sont fallacieux et vraiment non fondés. C'est jeter de la poudre aux yeux à nos concitoyens et concitoyennes.

J'espère que vous avez consulté toutes les opinions des experts en la matière et tenu compte des réserves et des questions en suspens concernant la consommation de cannabis.

La mission du gouvernement fédéral n'est certainement pas, comme vous voulez le faire maintenant, d'apporter des revenus à l'état et à certains producteurs sur le dos de notre jeunesse et de la population. Nous avons assez de Loto-Québec qui fournit des revenus à l'état à même souvent les plus démunis.

Certaines hypothèses laissent croire que les effets négatifs sont plus importants si on commence à fumer du cannabis très tôt à l'adolescence.

Monsieur Trudeau, êtes-vous prêt à assumer la responsabilité de l'augmentation des décès qui seront occasionnés par les conducteurs intoxiqués par le cannabis et parfois par l'alcool, tel que le tout s'est passé sur les routes au Colorado, dans l'année qui a suivi la légalisation de la marijuana, alors qu'il y a eu augmentation de 32 % de la mortalité liée à la conduite sous l'influence de cette drogue.

Il ne faut pas oublier également l'impact sur la santé mentale puisqu'il existe des preuves substantielles d'une association statistique entre l'usage de cannabis et le développement de la schizophrénie ou autres psychoses, le risque étant plus élevé chez ceux qui en consomment plus fréquemment.

Monsieur Trudeau, votre esprit est obnubilé par ces beaux parleurs qui pensent plutôt à faire de l'argent qu'à trouver des solutions et prévenir la consommation de cette drogue.

D'ailleurs, le gouvernement fédéral est en plein conflit d'intérêts en voulant s'occuper de la santé mentale, alors qu'il permettra à plus de personnes de consommer de cette drogue et qu'elles seront alors obligées d'avoir recours au service de santé, lequel en a déjà plein les bras.

Monsieur Trudeau, je suis certain qu'on peut promouvoir la prévention sans passer par la légalisation du cannabis, surtout en pelletant dans le champ des provinces tous les problèmes reliés à la mise en place de cette malheureuse loi, laquelle, à mon point de vue, ne fera pas honneur dans l'avenir.

Votre groupe de travail, je vous le soumets respectueusement, a malheureusement tourné les coins ronds quant à plusieurs aspects de cette législation.

La population du Canada devrait savoir que certains administrateurs et actionnaires des compagnies à qui vous voulez donner le contrat de production du cannabis récréatif sont liés de près au Parti libéral du Canada.

Monsieur Trudeau, votre gouvernement est-il à ce point à bout de souffle en voulant détourner l'attention des vrais problèmes que vit notre société, en proposant une telle législation?

Vous devriez moins écouter les lobbyistes et les producteurs de cannabis thérapeutique qui salivent à la possibilité d'engranger des milliards de profits aux dépens de notre population et surtout de nos jeunes.

Êtes-vous prêt, Monsieur Trudeau, à proposer un référendum pancanadien sur cette législation, comme l'ont fait certains états américains? Êtes-vous prêt aussi à permettre aux membres de votre parti un vote libre sur l'éventuelle adoption de cette loi?

Il serait peut-être intéressant d'avoir une commission parlementaire itinérante sur le sujet, comme l'a suggéré pour le Québec Monsieur François Lisée, chef du Parti Québécois.

Les arguments que vous invoquez pour légaliser cette drogue devraient faire l'objet d'un débat national, où la population canadienne pourrait s'exprimer ouvertement.

Jean-Claude Boutin, avocat, Lac-Mégantic




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer