Un jeu dangereux

La candidate du Front national, Marine Le Pen... (Reuters)

Agrandir

La candidate du Front national, Marine Le Pen

Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / À 48 heures du premier tour de l'élection présidentielle, tous les yeux sont tournés vers la France où la montée en popularité phénoménale de la candidate du Front national, Marine Le Pen, et un électorat visiblement déboussolé, pourrait transformer profondément le paysage politique dans ce pays comme on l'a vu aux États-Unis avec l'élection du populiste Donald Trump.

Le vote des Français fait suite à celui des Hollandais, en mars dernier, où le leader d'extrême droite, Geert Wilders, avait réalisé des gains importants, mais sans décrocher le pouvoir, une réplique en quelque sorte à la campagne électorale présidentielle autrichienne de 2016 où le Parti autrichien de la liberté, d'extrême droite, avait obtenu 46,2 pour cent des voix au second tour en décembre 2016, devancé de peu par l'écologiste Alexander Van der Bellen.

La Hongrie est pour sa part dirigée depuis 2010 par Viktor Orban, un nationaliste de droite farouchement opposé à l'accueil des réfugiés.

Ces succès de partis d'extrême droite, inimaginables il y a encore quelques années, sont attribuables à la lassitude des électeurs face aux partis politiques traditionnels, aux méfaits de la mondialisation sur les économies nationales et à la montée du nationalisme, voire au rejet de l'immigration.

Ils traduisent bien sûr une crise de la social-démocratie, mais surtout la colère et le désespoir des citoyens devant un avenir qui leur semble bouché et une élite politique traditionnelle qu'ils jugent déconnectée.

Pire, ces formations, comme le Front national en France, banalisent un discours réactionnaire et souvent xénophobe, parfois sur un ton délirant.

La France, aux prises avec un chômage élevé (près de 10 pour cent en mars 2017), la crise des réfugiés et le terrorisme islamiste, sera-t-elle le premier pays européen à être dirigée par un gouvernement d'extrême droite?

Avec plus de 30 pour cent d'indécis, l'issue du scrutin de dimanche demeure incertaine.

Et tout est possible tant l'écart entre les quatre principaux candidats est mince, Emmanuel Macron, du mouvement la France en marche, qui se dit ni de droite ni de gauche, Marine Le Pen, du Front national, François Fillon, du parti de droite Les républicains, et Jean-Luc Mélenchon, leader de la formation de gauche « La France insoumise ».

Quant au candidat socialiste Benoît Hamon, sous les 10 pour cent, il est victime de la grande impopularité du Parti socialiste au pouvoir depuis cinq ans et aujourd'hui fortement divisé.

À l'image du président Trump, Marine Le Pen est parvenue à gagner en popularité avec des propositions destinées à redonner à la France sa « souveraineté » : réduction des impôts, protectionnisme, lutte contre l'immigration et « préférence nationale » pour avantager les seuls ressortissants français en matière d'emploi, de logement ou d'éducation.

Le Front national, jadis infréquentable, semble être parvenu à se donner une certaine respectabilité, du moins au sein d'une partie de l'opinion publique française; même des électeurs traditionnellement de gauche avouent songer à voter pour ce parti.

Mais tabler sur les divisions, les peurs et le repli sur soi ne peut qu'exacerber la xénophobie et l'intolérance; une recette pour le chaos social et une menace pour la démocratie.

Le scrutin de dimanche permettra de connaître l'impact réel du Front national chez les électeurs français et de mesurer ses chances en vue du second tour, le 7 mai prochain.

Mais sa popularité témoigne de l'adhésion de nombreux Français à l'enflure de l'extrême droite et aux raccourcis idéologiques, comme on le voit aussi dans les pays voisins, voire d'un profond changement dans le paysage politique européen au cours des années à venir.

Et pas pour le mieux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer