Un pas en avant

ÉDITORIAL / Presque quatre ans après la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Presque quatre ans après la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, les choses semblent enfin commencer à bouger en vue de devancer la construction d'une voie de contournement, un projet considéré comme vital pour favoriser la guérison du traumatisme collectif vécu par la population.

Le bilan dressé hier par le maire Jean-Guy Cloutier à la suite de sa rencontre de mardi avec le premier ministre Philippe Couillard, en présence du député de Mégantic, Ghislain Bolduc, est en tout cas encourageant : Québec participera financièrement « de façon minoritaire » au projet évalué pour le moment à 115 millions $ et présentera d'ici un mois un nouvel échéancier pour devancer les travaux, prévus pour le moment en 2021 et 2022.

Cette initiative enverra, il faut le souhaiter, un message au gouvernement Trudeau qui, malgré qu'il soit bien au fait des attentes de la population de Lac-Mégantic, ne s'est toujours pas engagé pour la voie de contournement.

Le maire Cloutier doit d'ailleurs parler aujourd'hui au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, qui, jusqu'ici, s'est dit sensible à la situation, mais est demeuré plutôt évasif sur la question.

En janvier dernier, le premier ministre Justin Trudeau avait toutefois reconnu que le délai pour la réalisation de la voie de contournement était trop long et qu'il fallait accélérer les choses, mais sans plus.

Hier, le député Bolduc n'a pu préciser de combien de mois ou d'années le gouvernement du Québec souhaite devancer l'échéancier, en raison des nombreux intervenants dans ce dossier et des étapes à franchir.

Mais il affirme qu'il entend procéder « avec diligence et le plus rapidement possible pour répondre aux attentes de la population ».

C'est toujours ça de gagné, car tous ou presque à Lac-Mégantic estiment que l'échéancier actuel est trop long et qu'il est plus que temps que les deux paliers supérieurs de gouvernement s'impliquent concrètement.

Il est inadmissible que la voie de contournement ne soit pas réalisée avant 2022, neuf ans après le déraillement du convoi pétrolier de la Montréal, Maine & Atlantic, qui avait fait 47 morts et détruit le centre-ville.

Encore, aujourd'hui cette tragédie est la source de problèmes de stress post-traumatique et d'insécurité chez de nombreuses personnes, d'autant plus que le transport de pétrole par rail pourrait éventuellement reprendre.

Danielle Maltais, de la Chaire en événements traumatiques, santé mentale et résilience de l'Université du Québec à Chicoutimi et coauteure de la troisième enquête de santé de la population de Lac-Mégantic, rappelait en janvier dernier que la voie de contournement contribuera à diminuer les manifestations de stress post-traumatique.

Elle favorisera aussi la relance économique de la région.

Selon l'échéancier de l'étude de faisabilité de la firme AECOM, amorcée en mars 2015, l'avant-projet préliminaire sera présenté en mai prochain, suivi de l'étude d'avant-projet définitif en 2018, des plans et devis en 2019-2020, puis de la construction en 2021-2022.

Il faut reconnaître que la construction d'une nouvelle voie ferrée n'est pas une mince affaire et que le tracé privilégié, qui est déjà contesté par un groupe de citoyens, pourrait être modifié.

Elle implique des achats de terrains et des expropriations, l'accord de la Commission de la protection du territoire agricole, une étude d'impact, l'ingénierie et le processus du BAPE. En outre, plusieurs acteurs auront leur mot à dire : les gouvernements du Québec et du Canada, la compagnie ferroviaire Central Maine & Québec Railway, de même que les municipalités de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac.

Mais tout cela doit-il prendre autant d'années?

Le projet de voie de contournement à Lac-Mégantic ressemble parfois à un parcours semé d'embûches, mais Québec et Ottawa ont la responsabilité de s'entendre rapidement pour faire bouger les choses; ils le doivent à la population de Lac-Mégantic.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer