Contraste frappant

ÉDITORIAL / Un regard en deux temps s'impose sur la tempête qui a frappé la... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Un regard en deux temps s'impose sur la tempête qui a frappé la région et toute la province mardi.

Le pire a été évité de justesse sur l'autoroute 10 alors que personne n'a perdu la vie dans un carambolage impliquant une cinquantaine de véhicules. Les images de la scène et les dommages causés à plusieurs véhicules en témoignent éloquemment.

Dans des circonstances difficiles, les secours ont été efficaces et les victimes ont été prises en charge rapidement. On a aussi pu constater que les autorités médicales étaient sur un pied d'alerte si la gravité des blessures avait nécessité la prise en charge de nombreux cas lourds.

Il faut aussi donner une bonne note à la Ville de Sherbrooke dont les équipes de déneigement ont fait un boulot impressionnant pour permettre aux automobilistes de circuler malgré les conditions difficiles en raison de la chaussée glacée et des forts vents. Il est facile de critiquer lorsque des erreurs semblent évidentes, mais il faut aussi reconnaître les bons coups.

À ce sujet, les commissions scolaires ont pris une très sage décision mardi matin en fermant les écoles même s'il n'y avait pas un seul flocon de neige au sol. Les prévisions météorologiques étaient suffisamment alarmantes pour imposer la prudence. Or, la dégradation rapide des conditions routières en après-midi a fait en sorte que l'absence des écoliers et des autobus scolaires dans les rues de Sherbrooke a certainement eu un impact significatif sur le retour à la maison pour de nombreux automobilistes. Sans compter que les rues étaient moins encombrées pour les équipes de déneigement.

Une bonne planification et la prise de décision au bon moment ont donné globalement de bons résultats à Sherbrooke, même si certains peuvent relever des situations particulières.

Si l'on regarde la situation ailleurs au Québec, il y a eu notamment le triste décès de deux personnes que les policiers n'ont pas réussi à secourir en pleine nuit sur la route d'une petite localité près de Montmagny. Elles ont été retrouvées sans vie mercredi dans leur véhicule. Puis, il y a le fameux cafouillage survenu à Montréal. Il est totalement inadmissible que 300 personnes aient passé une dizaine d'heures ou même plus à attendre des secours sur l'autoroute 13. Il a fallu des heures avant que des équipes de pompiers prennent l'initiative de venir en aide aux automobilistes immobilisés en pleine ville en raison d'un accident. Pourquoi le ministère des Transports, qui a la charge de cette autoroute, et la Sûreté du Québec, qui intervient sur les lieux des accidents, n'ont pas agi rapidement pour secourir les personnes et dégager la voie? Qui n'a pas fait son travail adéquatement? Quel fut le problème?

Le maire de Montréal, Denis Coderre, avait raison de dénoncer la situation qui a provoqué une tempête politique à Québec. Les partis d'opposition ont réclamé des explications. Le premier ministre Philippe Couillard n'a pas caché sa colère en brandissant un appareil cellulaire pour dire que les autorités de la sécurité civile auraient dû être alertées rapidement. Des manquements graves sont survenus. Le gouvernement exige un rapport complet pour vendredi.

Il faut absolument améliorer toutes les étapes du processus de communication et de gestion des urgences à Montréal. Sûrement que plusieurs des automobilistes pris au piège ont averti leurs proches de la situation en utilisant leur appareil cellulaire. L'information a sans doute été transmise aux policiers ou aux équipes du ministère. Comment se fait-il que personne n'ait déclenché rapidement une opération de sauvetage?

Il est gênant de constater au Québec, en pleine ville, que des citoyens sont restés sans secours pendant de longues heures. Une tempête hivernale importante n'est pas une excuse valable. Au contraire, la vigilance des équipes de sauvetage devrait être optimale dans ces circonstances. L'ampleur de la tempête était connue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer