À l'abri d'une autre crise?

ÉDITORIAL / L'aide financière de 13,6 millions $ du ministère de la Santé pour... (Archives, Le Droit)

Agrandir

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

ÉDITORIAL / L'aide financière de 13,6 millions $ du ministère de la Santé pour l'ajout de 206 lits destinés aux personnes en attente de services d'hébergement et à l'embauche de personnel en Centre d'hébergement et de soins longue durée (CHSLD) devrait permettre d'améliorer la situation dans les hôpitaux.

Mais permettra-t-elle d'éviter la répétition de la « crise » de l'hiver dernier générée par le débordement dans les urgences?

Le trop-plein dans les urgences des quatre hôpitaux du CIUSSS de l'Estrie-CHUS (Hôtel-Dieu et Fleurimont à Sherbrooke, Memphrémagog et Granby), au début de l'hiver, avait obligé les directions d'établissement à ouvrir en catastrophe 75 lits de débordement répartis dans 12 CHSLD et dans deux ressources non institutionnelles, en plus de 63 autres lits de débordement de courte durée pour accueillir des personnes âgées qui occupaient des lits dans les hôpitaux.

L'opération avait créé beaucoup d'incertitude chez les patients appelés à déménager d'urgence, chez leurs proches et chez le personnel hospitalier, déjà très sollicité.

En janvier dernier, un homme âgé de 78 ans, souffrant et à mobilité réduite, arrivé à l'Hôtel-Dieu par ambulance, avait même été réveillé à 1h du matin et informé par son médecin qu'il devait quitter l'hôpital afin de libérer un lit, faute de place.

Les syndicats du personnel hospitalier avaient évidemment dénoncé cette situation qui donnait l'impression que le système de santé était une fois de plus à bout de ressource.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux avait dû débloquer une somme de 4,5 millions $ pour aider le CIUSSS de l'Estrie-CHUS à faire face à cette crise sans précédent dans la région.

L'annonce d'une nouvelle aide de 13,6 millions $ est plus que bienvenue dans le contexte de rareté des ressources et de manque de personnel.

En plus de permettre la création de 160 places en soins de longue durée, de 14 en réadaptation et de 32 en santé mentale, elle se traduira par l'embauche de 36 préposés aux bénéficiaires ou d'infirmières auxiliaires.

Cette bouffée d'air devrait permettre de libérer des lits pour les soins aigus et de soulager les salles d'urgence.

Il s'agit en quelque sorte d'une roue: plus les patients qui se présentent à l'urgence ont besoin d'être hospitalisés, plus il faut libérer de lits pour éviter qu'ils se retrouvent sur une civière dans un corridor. Mais, pour ce faire, les personnes âgées en attente d'hébergement en CHSLD, qui occupent ces lits, doivent obtenir une place dans un centre.

Une aide de 13,6 millions représente une somme substantielle qui devrait permettre de soulager le système.

Mais il faudra voir avec le temps, surtout lors des prochains débordements dans les salles d'urgence en raison d'épisodes d'influenza ou de gastroentérite, si cela permettra d'éviter une nouvelle crise.

Toutefois, dans les années à venir, il faudra prévoir encore davantage d'argent et de ressources en raison du vieillissement de la population qui continuera d'exercer de la pression sur le système de santé et d'hébergement, en plus de poursuivre les investissements pour accroître les soins à domicile.

Au Québec, la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus passera de 17 pour cent actuellement à 26 pour cent en 2036, selon l'Institut de la statistique du Québec.

La prévention et l'autonomie des aînés devront aussi faire partie de la solution.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer