Électrosensibilité : pas de données probantes

La Tribune publiait récemment une lettre de Mme Jacinthe Ouellet,... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

La Tribune publiait récemment une lettre de Mme Jacinthe Ouellet, présidente de l'organisation Air et vie, qui défend l'existence de  « l'électrosensiblité » (L'électrosensibilité: pas si marginal, La Tribune 25 janvier). Selon elle, des  personnes souffriraient de divers problèmes de santé en raison des champs électromagnétiques.

Hydro-Québec exerce une vigie scientifique assidue sur cette question depuis plus d'une quinzaine d'années. De nombreuses études rigoureuses ont été menées à travers le monde auprès des personnes dites « hypersensibles » en situation contrôlée de laboratoire. Ces études ont été réalisées par des scientifiques d'institutions universitaires reconnues. Les résultats ont montré que les personnes dites hypersensibles ne réussissent pas à détecter la présence de radiofréquences et que leurs symptômes ne sont pas modifiés par l'exposition aux radiofréquences. Ces études ont également montré à plusieurs reprises que les symptômes étaient plus importants lorsque les sujets pensaient être exposés alors qu'ils ne l'étaient pas, un phénomène appelé effet « nocebo ».

À ce jour, il n'existe donc pas de données scientifiques probantes soutenant l'existence de l'électrosensibilité. Pour cette raison ce n'est pas un diagnostic médical reconnu par les autorités médicales ni par les autorités de santé publique du Québec, du Canada et de l'Organisation mondiale de la santé.

Hydro-Québec a déposé devant la Régie de l'Énergie en 2012, de façon transparente, les principales données scientifiques sur cette question.

Rappelons que les radiofréquences des compteurs intelligents sont, à un mètre de distance, environ 50 000 fois inférieures aux normes d'exposition canadiennes.

Elles constituent une source extrêmement faible parmi les sources courantes auxquelles nous sommes exposés comme les ondes de la radio, de la télévision, de la téléphonie cellulaire et des technologies WI-FI.

Michel Plante, médecin-conseil à Hydro-Québec




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer