Crédibilité et cynisme

Au cours de la campagne électorale fédérale de 2015, le chef du Parti libéral... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Au cours de la campagne électorale fédérale de 2015, le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, s'est rallié un grand nombre de citoyens en affirmant, main sur le coeur, que ces élections seraient les toutes dernières suivant le mode de scrutin uninominal conventionnel. Enfin pouvait-on croire, un autre important parti politique, et son leader, qui reconnaissent que notre mode de scrutin est injuste, inadapté au 21e siècle, et source d'illégitimité! Car il est bien difficile, en effet, de prétendre à la légitimité d'un gouvernement quand celui-ci est élu par moins de la moitié des citoyens. En fait, élection après élection, il suffit de 40 % des votes pour désigner le parti qui sera au pouvoir pour les quatre prochaines années. [...].

Celui qui est devenu notre premier ministre avait semé l'espoir, mais voilà que son virage, très tôt pressenti après son élection et tout fraîchement officialisé, vient plutôt ajouter une couche au cynisme de plus en plus marqué de la population en regard de nos politiciens. Oser croire que les manoeuvres malhabiles et l'interprétation loufoque donnée aux résultats de la consultation plutôt simpliste vont passer comme carte à la poste, c'est faire preuve d'une attitude bien déplorable. Quelqu'un voulant traiter les simples citoyens avec mépris ne s'y prendrait pas autrement !

Un gouvernement et son chef doivent se montrer crédibles pour rallier les citoyens et gouverner honorablement. Ce nouveau virage de la part de notre premier ministre et de son gouvernement n'a assurément pas pour effet d'asseoir leur crédibilité.

Il est encore temps de corriger le tir. Il reste à faire preuve de courage, à reconnaître l'erreur commise, et à concrétiser les résultats des nombreuses études qui ont su démontrer la valeur du vote proportionnel, et ce pour les prochaines élections. [...] Notre gouvernement ne pourra toutefois pas prétendre que le Canada fait preuve d'avant-gardisme en la matière, de nombreux autres pays ayant déjà compris et mis en application des modes de scrutin beaucoup plus équitables.

Du côté du Québec, il faut souligner le consensus de tous les partis survenu le 7 décembre dernier. De tous les partis sauf un, le Parti libéral du Québec. Coïncidence peut-être : ici aussi, il s'agit du parti au pouvoir...

Plus que jamais, il est urgent de faire en sorte que les grandes valeurs prennent le pas sur les calculs électoralistes et sur les « lignes de parti » [...].

René Joyal

Victoriaville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer