On n'a pas su, je n'ai pas su

Le réalisateur Gabriel Allard-Gagnon, le producteur délégué Mathieu... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le réalisateur Gabriel Allard-Gagnon, le producteur délégué Mathieu Paiement et Raed Hammoud ont participé jeudi à une conférence sur le documentaire T'es où Youssef?, qui analyse le phénomène de la radicalisation chez les jeunes.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Il y a à peine une semaine, on ne se souvenait pas de ton nom. Je ne m'en souvenais pas. Depuis deux jours, il résonne dans nos têtes, dans la mienne. Youssef.

En écoutant le documentaire T'es où Youssef?, je me disais qu'à la fin on saurait. Je saurais. À qui précisément as-tu parlé pour te mettre ces idées dans la tête? Quel passage spécifique d'un livre t'a fait prendre la fuite? Quel événement particulier t'est tombé sur la tête pour que tu fasses ce choix?

Eh bien non. Pas de coupable. Enfin oui peut-être un; nous, moi. On n'a pas su te faire sentir chez toi, je n'ai pas su.

On a déjà cru en une charte au nom de la laïcité, j'y ai cru. Non pas contre ta communauté, pas contre toi, absolument pas, mais au nom de notre culture, de ma culture. On pense que notre culture est plus importante que la tienne. J'ai déjà pensé que mon athéisme était plus important que ta foi. Oui moi, j'ai fait ça. Ne crois pas que j'en suis fière.

Il ne faut pas trop nous en vouloir, m'en vouloir. Au fond de moi je voulais surtout un État laïque. Ce que je souhaite toujours, mais avec une démarche tout aussi différente. Bien vite, j'ai compris que cela n'avait pas de sens. Ma liberté ne se termine pas où débute la tienne et vice-versa. Ma liberté est encore plus grande parce que je respecte la tienne. Vice-versa. Ma liberté prend forme dans la coexistence de nous, de toi et moi. (...)

Heureusement pour nous, pour moi, j'ai choisi de frôler le même sol que tu as déjà frôlé, celui de la connaissance. J'ai choisi d'aller combattre également Youssef, mais pas à tes côtés. J'ai choisi de combattre le plus grand ennemi qui habite mon pays: l'ignorance. Oui je crois que tu la connais bien aussi. Depuis trop longtemps ici, on la nourrit. Pire encore on s'en nourrit. Non je ne m'en nourris pas Youssef, je ne m'en nourris plus, comme beaucoup de gens, comme pas assez de gens.C'est dur de changer tes habitudes alimentaires, surtout lorsqu'on te gave. Ici c'est comme ça. Nos bombardements c'est ça. On nous bombarde de la grande Ignorance. À la télé, sur Facebook, dans les journaux. En veux-tu de la fausse information, des raccourcis douteux, des vérités « arrangées »? En v'là!

Ne le prends pas personnel Youssef. On est parfois tellement tricoté serré, qu'on oublie que d'autres gens vivent. De plus en plus d'entre nous ne l'oublient pas. Je ne l'oublie pas.

T'es où Youssef?

Reviens combattre ici avec nous, avec moi Youssef.

Jani Dussault, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer