Fermeture annoncée de la totalité des magasins HMV

L'ex-propriétaire de Musique Cité Sylvain Lecours (à droite)... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

L'ex-propriétaire de Musique Cité Sylvain Lecours (à droite) en compagnie de l'actuel propriétaire Jean-François Ouimet.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

La fermeture de HMV me déprime un peu. Parce qu'il s'agissait de la dernière chaîne pancanadienne. Le dernier représentant de la « grosse industrie » du disque au détail. Et sa fermeture affecte négativement le « cash flow » de certains fournisseurs que nous avions en commun. Je peux vous confirmer, sans pouvoir vous révéler les détails, que la fermeture anticipée de HMV a affecté négativement Musique Cité, quelques semaines avant que l'annonce ne soit faite dans les médias! Alors je peux dire que cette disparition n'est PAS une bonne nouvelle pour les concurrents de HMV. C'est juste une preuve supplémentaire du déclin de l'industrie et du caractère irréversible de son éventuelle disparition.

Bien sûr, à moyen terme, (...) les disquaires indépendants vont récupérer une partie de la clientèle, mais la morosité du marché que l'on observe depuis des années ne saurait être totalement effacée par les lunettes roses que l'on veut bien porter en espérant que les quelques survivants puissent faire mieux que leurs prédécesseurs.

Déjà, HMV n'était plus une réelle nuisance pour ses concurrents. Même que nous avions appris à nous entraider. Je me souviens trop bien d'avoir accueilli des clients de HMV, d'Archambault ou de Music World, et aussi de leur avoir retourné l'ascenseur, pour des produits que nous n'avions pas en stock ou pour lesquels les employés du concurrent pouvaient avoir une expertise particulière que nous n'avions pas.

J'avais des amis chez les autres disquaires - je ne crois pas que ce soit un secret - et j'avais des CLIENTS parmi les employés des autres disquaires!

Alors je vais me coucher ce soir non pas avec le sourire de quelqu'un qui voit un ex-concurrent mourir, mais bien avec la tristesse de voir des confrères qui auront beaucoup de difficultés à se trouver un emploi dans un domaine qui a peu d'avenir.

Heureusement, les disquaires indépendants occupent un créneau que les HMV de ce monde ont négligé : les disques usagés. Je peux dire sans hésitation que ce marché aura permis la survie de plusieurs d'entre nous. Notamment à cause du regain d'intérêt pour les disques de vinyles.

Je dois ajouter ici que je parle en tant qu'EX-disquaire, puisque j'ai vendu mon magasin en avril 2015, n'ayant plus la motivation et l'énergie nécessaire pour continuer ce combat qui avait usé ma détermination et mon espoir de voir survivre mon rêve rock'n roll. J'ai transmis ce rêve, et tous les actifs du commerce, à mon ami et employé J-F Ouimet, qui a su prendre la relève avec brio et relancer le commerce sur la voie de la rentabilité. (...) Place aux jeunes!

Sylvain Lecours, ex-propriétaire de Musique Cité

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer