Un lieu d'accueil et d'écoute

ÉDITORIAL / L'expérience du « Frigo Free Go », destiné à sensibiliser la... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / L'expérience du « Frigo Free Go », destiné à sensibiliser la population au gaspillage alimentaire, a permis d'attirer davantage l'attention sur la réalité de l'itinérance au centre-ville de Sherbrooke.

Et sur la nécessité d'offrir aux personnes vulnérables des services de proximité en soutien psychosocial et médical.

Avec une population itinérante de 800 à 900 personnes, selon les évaluations des organismes qui oeuvrent sur le terrain, le problème est donc bien présent et se vit à longueur d'année.

Bien sûr, il y a de l'aide directe : la Chaudronnée, qui offre des repas et des activités d'éducation populaire ; le Tremplin 16-30, pour les jeunes en quête d'autonomie ; la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue ; de même que des lieux d'hébergement, dont le Partage Saint-François et l'Accueil Poirier.

Mais le centre-ville a aussi besoin d'un lieu pour accueillir les personnes en difficulté, que ce soit pour s'offrir un café, prendre une douche, pour faire le point ou avoir accès à des personnes ressources qui les aideront à obtenir des services.

Un groupe de travail formé notamment de la Table itinérance de Sherbrooke, de la Corporation de développement économique et communautaire, de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue et de la Ville de Sherbrooke, planche sur un projet de centre de jour au centre-ville.

François Lemieux, coordonnateur de la Chaudronnée, signale que le principal enjeu sera d'assurer un financement à long terme pour permettre au futur organisme de payer le loyer et d'avoir du personnel.

On ne peut accepter que des personnes aux prises avec l'insécurité matérielle, la détresse morale et parfois des problèmes de santé mentale, en soient réduites à errer dans les rues du centre-ville en quête de nourriture, d'amitié et d'un endroit pour obtenir de l'aide.

Ou que celles-ci se retrouvent avec une contravention pour avoir dérobé un bout de nourriture ou pour du flânage.

On ne doit pas tolérer qu'elles soient laissées à elles-mêmes sous prétexte qu'on n'a pas d'argent ou que les fonds publics se font rares.

Dans le reportage de notre journaliste Charles Beaudoin publié dans La Tribune de lundi, Sébastien Laberge, directeur général du Partage Saint-François, rappelle que « les personnes en rupture sociale [...] ne sont pas portées à aller vers les institutions comme les hôpitaux et les CLSC ».

Il faut donc aller vers elles.

En février dernier, la Direction de la santé publique de l'Estrie avait dressé un portrait saisissant des inégalités au centre-ville de Sherbrooke : faible revenu, isolement, insécurité alimentaire, toxicomanie et détresse psychologique, notamment.

Un an plus tard, que faut-il de plus pour démontrer la nécessité et l'urgence d'un centre de jour ?

On pourrait également souhaiter davantage de cohérence de la part du gouvernement du Québec qui s'est donné un Plan interministériel en itinérance 2015-2020, pour sortir les personnes de la rue et favoriser leur intégration sociale, mais qui, parallèlement, réduit la prestation de base des premiers demandeurs d'aide sociale qui refusent d'accepter un emploi « convenable ».

Une telle mesure risque justement de pousser à la rue des personnes qui ont déjà de la difficulté ou une incapacité à s'intégrer au marché du travail.

On pourrait aussi espérer une meilleure planification des ressources financières et matérielles de la part de nos services publics.

Il ne faut certes pas comparer des pommes avec des oranges, mais il est un peu ironique de constater que le milieu sociocommunautaire doive se mobiliser pour un centre de jour alors que le CIUSSS de l'Estrie-CHUS est propriétaire depuis deux ans et demi de l'ancien magasin Provigo, angle Belvédère et McManamy, acheté au coût de 1,7 million $, et que l'immeuble est toujours inoccupé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer