Ce qui va ou pas dans le bac vert

La « patrouille verte » de la Ville de Sherbrooke signalait récemment que les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

La « patrouille verte » de la Ville de Sherbrooke signalait récemment que les contenants de plastique portant le numéro 6 ne vont pas au recyclage. Pourtant, dans le Guide de gestion des matières résiduelles de la Ville de Sherbrooke, on peut y lire (p. 9) que « Tous les articles de plastique portant le logo avec les chiffres 1 à 7 (sauf la styromousse) » sont acceptés dans le bac vert ! Qui a raison ? Le fait de retrouver des plastiques dans le mauvais bac est la preuve, qu'en cette matière, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver. D'autant plus que, d'après mes informations, des types de plastique seraient recyclables dans certaines municipalités et non recyclables dans d'autres. [...] Tout pour nous simplifier la vie !

Je viens d'examiner un contenant de yaourt. Pour savoir de quel plastique il est fabriqué, je dois le tourner à l'envers, dans mon cas mettre mes lunettes (c'est imprimé blanc sur blanc !), pour arriver à lire dans un tout petit triangle qu'il est de numéro 5. Deux lettres (PP), de sens inconnu pour moi, accompagnent le triangle. À partir de là, je suis censé être en mesure de déterminer spontanément et immédiatement dans quel bac je dois déposer ce contenant. Pour le commun des mortels, la chose peut ne pas être aussi simple. Pourquoi ne pas inscrire en grosses lettres, sur le côté du contenant de yaourt : RECYCLABLE ou NON RECYCLABLE, selon le plastique utilisé. Il est temps que les industriels fassent leur part pour soutenir la gestion des produits qu'ils mettent sur le marché et qu'ils cessent de toujours s'en remettre à la débrouillardise du consommateur. On comprendra que je ne m'adresse pas uniquement aux producteurs de yaourt, mais à toute l'industrie du plastique.

Le plastique est un des composés les plus dommageables pour l'environnement. Il est en train de polluer irrémédiablement tous les océans de la planète, et de mettre en danger la vie de nombreuses espèces d'oiseaux et d'animaux marins. Parler d'économie circulaire ou de responsabilité élargie du producteur est une chose, rendre ces principes opérationnels en est une autre. [...]

La question du plastique et de ses nombreux dérivés n'est qu'un des multiples volets de la gestion déficiente des résidus domestiques, industriels et institutionnels. En fin de compte, le plastique no 6 dans le mauvais bac, c'est comme une goutte d'eau dans un océan de problèmes mal résolus !

Bruno Landry, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer