Ajuster le tir

ÉDITORIAL / Le gouvernement Trudeau doit impérativement renoncer aux... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Le gouvernement Trudeau doit impérativement renoncer aux dispositions de son  projet de loi sur l'interdiction de l'amiante chrysotile qui  empêcheraient la revalorisation des  résidus miniers à Asbestos et Thetford Mines.

Une telle mesure mettrait en péril les projets de plusieurs entreprises innovantes, comme Alliance Magnésium, et découragerait les investisseurs potentiels.

Ottawa doit faire la distinction entre l'utilisation traditionnelle de l'amiante et la production de minerais comme le magnésium, la silice ou le nickel à partir des résidus d'extraction d'amiante.

Asbestos et Thetford Mines ont énormément souffert de la chute du marché de l'amiante chrysotile en raison de son interdiction dans plusieurs pays pour des raisons environnementales et de santé publique.

En l'espace de quelques années, des centaines d'emplois ont été perdus, contribuant à fragiliser ces régions ressources.

Depuis la fin de l'exportation de ce produit par le Canada, il y a quelques années, les élus, les organismes de diversification industrielle et les travailleurs ont multiplié les initiatives pour redéployer l'économie de leur région, notamment avec des projets de transformation des résidus miniers faisant appel à des technologies avancées.

Le projet de loi libéral, une nouvelle mouture d'un projet de loi déposé par le Nouveau parti démocratique en novembre, interdirait la production, l'utilisation, la vente et l'importation de l'amiante ce qui, de l'avis des élus et gens d'affaires locaux, équivaudrait à une catastrophe pour Asbestos et Thetford Mines.

Il est pour le moins étonnant qu'Ottawa ne reconnaisse pas l'importance de la revalorisation des résidus miniers ni les initiatives de plusieurs entreprises technologiques.

Par exemple, Alliance Magnésium amorcera une première phase de production de magnésium dès 2018, Mag One Products planche sur un projet de production d'oxyde de magnésium et de silice et ECO2-Magnésium souhaite produire du carbonate de magnésium.

Plus étonnant encore, le gouvernement Trudeau n'a même pas consulté les représentants des régions d'Asbestos et de Thetford Mines!

Une délégation formée de représentants d'Asbestos et de Thetford Mines doit toutefois se rendre sous peu à Ottawa pour sensibiliser les ministres responsables à leur cause.

La députée de Compton-Stanstead et ministre du Déverloppement internationale, Marie-Claude Bibeau, est déjà intervenue dans le dossier, mais ignore quand le projet de loi libéral sera déposé et ce qu'il contiendra.

Elle soutient que les jeux ne sont pas encore faits et que les ministres Kirsty Duncan (Sciences) et Catherine McKenna (Environnement) sont conscientes de la différence entre l'utilisation traditionnelle de l'amiante et la revalorisation des résidus. C'est toujours ça de pris.

Les régions d'Asbestos et de Thetford Mines font énormément d'efforts pour diversifier et moderniser leur économie, leur couper l'herbe sous le pied serait injuste et inadmissible.

Marche arrière

Dans un tout autre domaine, le gouvernement Trudeau a démontré qu'il est prêt à faire marche arrière lorsqu'une province se sent lésée par un texte de loi.

Il vient ainsi de retirer les éléments controversés de son projet de loi omnibus C-29 sur les banques et la protection des consommateurs, à la suite d'une levée de boucliers au Québec.

Après avoir refusé de bouger sous prétexte que le secteur bancaire relevait du fédéral, le ministre fédéral des Finances, Bill Moreau, renonce aux dispositions qui auraient placé les banques canadiennes à l'abri des lois québécoises sur la protection des consommateurs, plus sévères ici que dans le reste du pays.

Qu'il s'agisse là d'une nouvelle sensibilité de la part d'Ottawa devant les particularités des provinces ou de fédéralisme coopératif, façon Justin Trudeau, il faut souhaiter que le gouvernement libéral démontre autant de compréhension dans le dossier de l'amiante chrysotile.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer