Je me souviens... du vol du Labrador

En consultant l'histoire de la fondation de notre pays, en 1867, on constate... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

En consultant l'histoire de la fondation de notre pays, en 1867, on constate l'union de quatre provinces. En effet, la Proclamation royale consacrait les frontières des provinces existantes du Québec, de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Le Labrador faisant alors partie du Québec.

En 1912, le gouvernement canadien confirmait par une loi que le Labrador appartenait au Québec. Or, le 1er mars 1927, le Conseil privé de Londres, sollicité par Ottawa, décide de rattacher arbitrairement (sans vote populaire ni consultation, il semble que deux des cinq juges avaient des intérêts monétaires dans cette affaire) le Labrador à Terre-Neuve qui ne fait même pas encore partie du Canada! Le Québec venait de se faire voler le cinquième de son territoire (d'une grandeur semblable à l'Italie ou la Nouvelle-Zélande), extrêmement riche en ressources naturelles (mines, forêt et cours d'eau). Était-ce pour attirer et convaincre cette île de se joindre au Canada? Toujours est-il que Terre-Neuve s'annexera à notre pays en 1949, après deux référendums, dont le dernier en faveur d'une union avec le Canada avec un résultat de 52 % contre 48 %.

Malgré les protestations des divers gouvernements québécois au cours des décennies, Ottawa a toujours considéré ce territoire comme faisant partie officiellement de Terre-Neuve. D'ailleurs on peut le constater sur toutes les cartes géographiques du Canada. Toutefois, le Québec n'a jamais reconnu cette perte, mais a accepté de collaborer avec le gouvernement de Terre-Neuve pour plusieurs projets, notamment pour l'hydroélectricité.

Une Commission royale en 2002 révélait une insatisfaction forte chez les Labradoriens quant à leur place au sein de la province de Terre-Neuve-et-Labrador et donc une pression naissante pour que le Labrador se sépare de Terre-Neuve et devienne un territoire indépendant.

Les Innus préféreraient que ce territoire devienne leur patrie comme le Nunavut l'est pour les Inuits; une résolution de l'Assemblée des Premières Nations en 1999 réclamait le Labrador comme patrie des Innus et exigeait sa reconnaissance formelle avant toute discussion constitutionnelle ultérieure concernant la région.

Depuis 2005, les Inuits qui vivent dans le nord du Labrador ont droit à un régime de gouvernement autonome dans une région appelée le Nunatsiavut (« notre beau pays »), qui comprend tout le nord du Labrador ainsi que quelques régions dans les latitudes centrales.

Encore une fois, les faits nous prouvent malheureusement que le fédéral nous en a passé une autre p'tite vite!

Serge Gingras, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer