Yvon Lamarche: un visionnaire et un homme de valeur

Yvon Lamarche... (Archives La Tribune)

Agrandir

Yvon Lamarche

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Avant d'immigrer au Québec avec ma famille, j'ai réalisé au printemps 2008 un voyage de découverte à Sherbrooke avec mon fils. Passionnés de basket-ball, nous voulions évaluer, entre autres, la possibilité d'utiliser notre sport favori comme principal facteur d'intégration dans la société québécoise.

J'avais au préalable déjà pris contact par courriel avec Yvon Lamarche, responsable de l'association Basketball Sherbrooke, qui nous invita à le rencontrer à notre arrivée. Ainsi notre premier véritable contact avec la société québécoise se fit au bord d'un terrain de basket. Yvon observait les jeunes évoluer avec un plaisir certain. Sa simplicité, sa détermination et son accueil chaleureux nous ont convaincus dès les premières minutes que des gens passionnés de basket-ball, ouverts à la diversité et à la confrontation d'idées et de projets habitaient cette ville. Les jours suivants, la découverte de Sherbrooke en fit la destination privilégiée pour notre nouvelle vie outre-Atlantique (comme nous disions en France). À notre arrivée à l'été 2008, Yvon a été le premier à s'intéresser à nos compétences. En m'intégrant à l'équipe de Basketball Sherbrooke gérant les activités de minibasket (5 à 12 ans), il m'a donné la chance d'apporter ma simple contribution au développement de ce sport auprès des jeunes Sherbrookois. J'ai bien sûr depuis rencontré de nombreuses personnes, bénévoles ou non, impliquées de belle façon dans le développement de ce sport, mais Yvon est toujours resté ma référence [...]. Ces derniers mois, alors que la maladie l'affaiblissait petit à petit, Yvon passait régulièrement nous soutenir lors de nos pratiques de minibasket avec Basketball Sherbrooke. Son avis était toujours lucide et tellement percutant. Il y a quelques mois, lors d'une de ses visites, alors que nous nous félicitions de l'évolution de ce programme au fil des années, il m'adressa simplement ces quelques paroles : « Et maintenant c'est quoi l'objectif ? » Je n'ai pas eu besoin de répondre, le regard sincère qui appuyait ses mots était une invitation à la remise en cause, à l'amélioration, à la planification et à l'action.

Bien que nous ne nous rencontrions qu'épisodiquement, quelques jours avant sa dernière hospitalisation, nous avons pu échanger sur des idées diverses de projets pour le développement du sport dans la région. Affaibli, il était cependant bien plus visionnaire que ne l'est la majorité des personnes actives. [...] Dans le train de la vie sportive et sociale sherbrookoise, il était indubitablement une locomotive.

Yvon, tu vas manquer à Sherbrooke et tu vas me manquer.

Bertrand Crozet

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer