Oser vivre

Dans nos sociétés modérées en Amérique du Nord, les aînés ont peu de... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans nos sociétés modérées en Amérique du Nord, les aînés ont peu de considération de la population en général et ceci est un peu de notre faute, car, sans le vouloir, nous sommes de connivence avec une communauté qui accorde peu d'importance à notre bien-être. (...)

Nous avons peur de notre ombre, peur de la solitude, peur de vieillir, peur d'être un poids pour la famille et la société, peur de la pauvreté, peur d'être placé en institution, peur de la maladie, peur de la mort, peur d'oser (...) et peur de donner notre opinion.

Dans la vie, il faut prendre des risques et être toujours prêt à en assumer les conséquences (...). Il vaut mieux avoir agi et échoué que de n'être jamais passé à l'action (...). De la peur, nous faisons notre réalité avant même d'avoir essayé quoi que ce soit.

Jacques Leclerc, dans son livre Debout sur le soleil (...) dit qu'il est pourtant évident que pour savoir vivre il faut d'abord oser vivre. Oser vivre, c'est accepter de se vivre soi, tel qu'on est avec des préalables moraux, psychologiques, économiques, politiques ou religieux à la vie vécue. Bien des gens en sont réduits à vivre avec des « fragments d'eux-mêmes ». Seuls ceux qui osent font avancer les choses.

Bertrand Beaulieu, Sherbrooke

Pas de ghettos

Le projet ahurissant de construction d'un quartier musulman à Brossard, un ghetto volontaire selon moi, afin de « protéger » les vertueux musulmans contre l'impie société québécoise, démontre une autre manoeuvre pour tester les limites de la tolérance sociale et saper sournoisement l'autorité de l'État de droit. Or le droit doit être le même pour tous et partout. Il faut être vigilant. (...) La coupe du mépris du pays d'accueil est pleine au sein de la population, même si nos « politicailleurs à courte vue » sont prêts, eux, à toutes les bassesses et à toutes les compromissions pour obtenir quelques votes de plus.

En mot : pas de repli identitaire au Québec! (...) D'ailleurs, si nos sociétés occidentales sont si infâmes et si peu fréquentables, pourquoi ces gens font-ils tant d'effort pour venir vivre ici? (...). Si leurs pays d'origine sont si supérieurs et merveilleux, pourquoi les quitter pour s'installer dans nos épouvantables enfers démocratiques et occidentaux?

François McCauley, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer