La clé

ÉDITORIAL / La Ville de Sherbrooke doit faire une croix, du moins pour le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / La Ville de Sherbrooke doit faire une croix, du moins pour le moment, sur l'obtention d'une désignation de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) en vue d'offrir une desserte aérienne commerciale à l'aéroport régional.

Et, également, sur un financement d'Ottawa pour les systèmes de contrôle de sécurité.

Car le ministre des Transports, Marc Garneau, a en quelque sorte confirmé la semaine dernière aux Communes ce que les intervenants liés au dossier craignaient : l'aéroport de Sherbrooke devra se passer de l'aide d'Ottawa.

Et, faute de désignation, il aura à se doter à ses frais des équipements nécessaires à la présence d'une desserte commerciale et recouvrer les coûts avec un supplément sur l'achat de billets.

Il s'agit là d'une disposition mise en place par l'ancien gouvernement conservateur qui prévoit que les petits aéroports peuvent avoir les services de contrôle de l'ACSTA, mais à leurs frais.

En d'autres mots, la « priorité » accordée à ce dossier par les libéraux durant la dernière campagne, eux qui promettaient une désignation en bonne et due forme, n'est plus aussi prioritaire...

Il n'empêche que le projet pourrait quand même aller de l'avant si l'administration municipale décide de défrayer elle-même le coût de ces systèmes, qui serait autour de 500 000 $.

Il y a donc un choix à faire : investir et conclure une entente avec un transporteur ou attendre que le gouvernement fédéral accepte éventuellement de payer, comme le demandent quelques autres aéroports dans la même situation que celui de Sherbrooke, ce qui est loin d'être acquis.

L'Estrie attend depuis des années que le gouvernement fédéral accorde à l'aéroport régional de Sherbrooke, situé à Cookshire-Eaton, les services de l'ACSTA en vue dénicher un transporteur et d'avoir un lien direct avec l'aéroport Montréal-Trudeau ou une autre destination comme Boston.

Un service aérien commercial à partir de Sherbrooke permettrait aux employés d'entreprises d'ici comme Bombardier ou CIMA d'atteindre plus rapidement l'aéroport Montréal-Trudeau ou celui de Boston et de faire l'aller-retour dans la journée.

Cela aurait un effet dynamisant pour l'économie régionale et donnerait une nouvelle impulsion au développement d'un parc aéro-industriel.

Il est inconcevable qu'un marché régional évalué à 800 000 personnes dans un rayon de 130 kilomètres de l'aéroport ne soit pas desservi par un transporteur aérien.

Le député néo-démocrate de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault, a raison de souligner que la désignation de l'aéroport est attendue depuis des années et de déplorer que la députée de Compton-Stansted, Marie-Claude Bibeau, en eût fait une priorité durant la campagne électorale de l'an dernier, alors qu'elle parle maintenant d'un enjeu « à plus long terme ».

Toutefois, faute de soutien du gouvernement fédéral et au-delà de l'impression qu'il a fait volte-face, pourquoi ne pas tenter le coup?

La Ville de Sherbrooke a retenu les services d'un démarcheur, Pierre Harvey, de Harvey International, pour conclure une entente avec un transporteur.

On peut certes faire valoir qu'un investissement d'un demi-million $ pour doter l'aéroport de systèmes de contrôle de sécurité représente une grosse somme, mais c'est somme toute raisonnable en comparaison avec d'autres dépenses comme la murale « SherbyLove », qui a couté 319 000 $, ou le projet avorté d'une piste permanente de 230 000 $ au mont Bellevue.

Et les retombées sont potentiellement beaucoup plus importantes.

Cette avenue pourrait être présentée aux élus sherbrookois prochainement, de sorte que le projet pourrait se mettre en place assez rapidement, selon le président de la Corporation de développement de l'aéroport de Sherbrooke. Julien Lachance.

Mais, pour l'heure, la clé de l'affaire est dans l'obtention d'une desserte aérienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer