Le fléau du 21e siècle

ÉDITORIAL / Le Québec est-il en train de perdre la bataille contre l'obésité... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Le Québec est-il en train de perdre la bataille contre l'obésité chez les jeunes?

Il semble bien que oui pour le moment, car 12 ans après le rapport de l'Équipe de travail pour mobiliser les efforts en prévention, présidé par l'ancien maire de Sherbrooke, Jean Perrault, et le plan d'action gouvernemental qui a suivi, le taux d'obésité chez les jeunes de 12 à 17 ans a continué de progresser pour atteindre 9,4 pour cent en 2013, alors qu'il était de 1,8 pour cent il y a 30 ans.

Le directeur national de la Santé publique, le Dr Horacio Arruda, parle même d'une « épidémie » d'obésité au Québec, soulignant que 18 pour cent de la population est aux prises avec ce problème et qu'il lui arrive même de diagnostiquer un diabète de type 2 chez des enfants, une maladie qui touchait auparavant seulement les 50 ans et plus.

Résultat : au train où vont les choses, les coûts en santé risquent d'exploser pour soigner ces futurs adultes qui s'exposent à de sérieux problèmes comme l'hypertension, le diabète et les troubles cardio-vasculaires.

Lors du Colloque estrien sur les saines habitudes de vie, en octobre dernier, Jean Perrault a lancé un nouvel appel à la mobilisation citoyenne et politique pour la promotion de saines habitudes de vie et la lutte à la sédentarité, alors que les élèves du secondaire passent aujourd'hui davantage de temps devant leur écran d'ordinateur qu'en classe.

M. Perrault, qui parle d'un combat à finir « contre ce qui encourage et perpétue les mauvaises habitudes », réitère que les gouvernements doivent investir davantage en prévention et que l'industrie de la malbouffe doit mieux assumer ses responsabilités, quitte à la mettre au pas avec une taxe sur les boissons gazeuses et énergisantes, notamment.

« Ça fait 12 ans qu'on le dit et on est en perte de vitesse! », déplore-t-il.

Pourtant, les intentions étaient là en 2006 lorsque le gouvernement Charest avait lancé le « Plan d'action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids 2006-2012 », assorti d'un investissement de 400 millions $, dont la moitié provenait de la Fondation Chagnon.

Le but était de ramener le taux d'obésité de la population à 2 pour cent en 2012 avec la collaboration d'organismes comme Québec en forme, ParticipACTION et Kino Québec, ce qui n'a pas été réalisé.

Malheureusement, le gouvernement Couillard semble avoir abandonner la lutte : pour l'exercice 2016-2017, à peine deux pour cent du budget de la santé est alloué à la prévention, tandis que la nouvelle politique de prévention en santé est assortie d'un budget de 76 millions $... sur 10 ans, soit moins d'un dollar par citoyen.

Le commissaire au développement durable avait même noté en 2015 que le ministère de la Santé n'avait pas assumé le leadership nécessaire pour la promotion d'une saine alimentation ni établi de stratégie pour améliorer la qualité nutritive des aliments.

Le surpoids et l'obésité sont en grande partie évitables, selon l'Organisation mondiale de la santé, mais la prévention de cette maladie chez les jeunes exige financement et volonté politique.

Les parents doivent aussi inciter leurs enfants à mieux se nourrir et à faire de l'activité physique, malgré la publicité, la présence aberrante de chaînes de restauration rapide à proximité des écoles et la malbouffe dans les arénas.

L'État n'a certes pas tous les pouvoirs, surtout devant les multinationales qui n'ont que faire de la santé des consommateurs.

Mais, qu'attend le gouvernement du Québec, dont le premier ministre était responsable de la Santé en 2006, pour réinvestir en prévention et mobiliser les ministères, les organismes et les citoyens dans ce combat?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer